Sylvain Gaudreault vient voir ses militants

Sylvain Gaudreault

Sylvain Gaudreault pense que son parti peut reprendre des comtés en région aux prochaines élections.

Le candidat à la chefferie du Parti québécois a passé la semaine dans notre région, multipliant les sorties et les rencontres.

Sylvain Gaudreault est dans une lutte à quatre dont le gagnant sera connu en octobre.

Entre-temps, il doit se faire connaître et faire connaître ses idées, mais il est aussi venu écouter :

«Ce que j'entends, c'est l'importance du développement de la région.  On a eu une mauvaise nouvelle par Air Canada et je m'en suis fait parler beaucoup.  Internet, c'est inacceptable qu'en 2020, on n'ait pas accès haute vitesse partout, surtout en temps de pandémie où le télé-travail et les cours à distance ont été multipliés.»

- Sylvain Gaudreault

Le député de Jonquière peut compter sur l'appui de l'ancien député d'Abitibi-Ouest, François Gendron.  Selon lui, c'est un gros morceau :

«Parce qu'il m'a vu travailler, il me sait capable de livrer la marchandise et qu'il sait que je parle le langage des régions.  C'est un appui qui va rayonner partout en Abitibi-Témiscamingue et ailleurs au Québec, parce que François a une notoriété et une réputation.»

​- Sylvain Gaudreault

Sylvain Gaudreault pense que les trois comtés ici, occupés par deux caquistes et une solidaire, vont basculer en 2022 :

«Dans Abitibi-Ouest, en 2018, Mme Blais a gagné avec quelque 200 votes devant le péquiste Sylvain Vachon.  Dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue, les politiques et les mesures de Québec solidaire ne correspondent pas toujours aux gens de la place.»

​- Sylvain Gaudreault

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus