Un risque accru de décrochage scolaire due à la pandémie

étudiants

Alors que les écoles secondaires sont fermées jusqu'en septembre et que le manque de main-d'oeuvre est encore bien présent sur le marché du travail, le risque de décrochage scolaire est accru chez les jeunes.

Un sondage réalisé par l'Association canadienne des professeures et professeurs d'université, révèle que 30% des étudiants de niveau postsecondaire pourraient ne pas retourner sur les bancs d'école cet automne.

Action réussite Abitibi-Témiscamingue souhaite sensibiliser les étudiants et les employeurs à l'importance des études.

Plusieurs trucs peuvent être mis en place par les employeurs comme limiter le nombre d'heures de travail à 15 ou 20 heures par semaine.

«L'employeur peut aussi s'intéresser aux aspirations scolaire et professionnelle de son employé. Lui demander, quels sont ses objectifs, de façon à bien l'accompagner et à bien recadrer son employé qui demande plus d'heures, en lui mentionnant que s'il veut atteindre un certain emploi, il doit aussi accorder une juste part de son temps à ses études.»

-Annie Boivin, coordonnatrice régionale de Action-Réussite Abitibi-Témiscamingue

 

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus