Québec doit aider le CISSS-AT avec le recrutement, selon la FIQ

Le Centre intégré de santé et de service sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) doit affronter plusieurs défis de personnel en raison du vieillissement de la population, de l'éloignement des centres et de la pénurie de main-d'oeuvre.

Le Centre intégré de santé et de service sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) doit affronter plusieurs défis de personnel en raison du vieillissement de la population, de l'éloignement des centres et de la pénurie de main-d'oeuvre.

L'établissement tente de recruter de nouveaux professionnels de soins dans la région, notamment en améliorant les conditions de travail de ses employés. Toutefois, il y a encore du travail à faire puisqu'il reste de nombreux postes à combler au sein de l'organisation.

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) croit que c'est au tour de Québec d'aider les régions à recruter et retenir le personnel et elle compte presser le gouvernement à agir.

« La ministre a tous les pouvoirs pour actuellement, par entente, donner des incitatifs. Je pense qu'on a frappé un mur et qu'on est en train de fermer des services. Je pense qu'il faut tous être ensemble derrière ça et dire au gouvernement que nous avons besoin de l'ensemble des leviers pour que la population des régions ait l'ensemble des services de proximité à laquelle elle a droit. »

-Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec

Par ailleurs, Nancy Bédard estime que le climat de travail s’est amélioré au CISSS-AT dans la dernière année. Le changement de la direction y est pour beaucoup.