Bilan de la DPJ: baisse des signalements de 24 % pendant le confinement

DPJ - Enfant triste autre - I Stock Wavebreakmedia

La pandémie a été difficile pour les enfants vulnérables de la région. Les signalements ont baissé de près de 24 % ce printemps selon les données dévoilées par la Direction de la protection de la jeunesse du Saguenay-Lac-Saint-Jean ce matin.

Le portrait est semblable pour l'ensemble du Québec pendant cette période. La directrice de la protection de la jeunesse, Caroline Gaudreault, se fait toutefois rassurante. Elle mentionne que depuis la réouveture des écoles et des garderies, la situation semble revenir à la normale.

«On s'attend à ce que dans les prochaines semaines, on puisse avoir une augmentation quand même marquée et c'est là je pense qu'on réussira à reprendre les situations qu'on ne nous a pas rapportées plus tôt».

Elle explique que la période de confinement a aussi été difficile pour les parents.

«On sent beaucoup plus la détresse des parents dans les signalements: de l'impatience, des inquiétudes, on le remarque beaucoup. Des situations de violence ou d'agressivité, les intervenants en vivent beaucoup plus aussi». - Caroline Gaudreault, Directrice de la protection de la jeunesse.

Hausse des signalements

Par ailleurs, la DPJ du Saguenay-Lac-Saint-Jean a traité 5 808 signalements en 2019-2020. Il s'agit d'une augmentation de 21 % par rapport à l'année précédente. De ce nombre, 1 708 signalements ont été retenus. La plupart concernent la compromission de la sécurité ou du développement.

Au Québec, plus de 118 300 signalements ont été traités et plus du tiers ont été retenus. C'est une hausse de l'ordre de 12 %.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!