Chicoutimi : un statut patrimonial demandé pour le pont de Sainte-Anne

Pont Ste-Anne

Des démarches sont entamées pour que le pont de Sainte-Anne obtienne un statut patrimonial. L'infrastructure qui relie les deux rives de Chicoutimi a été construite en 1933.

Le président de la commission de l’aménagement du territoire, du génie et de l’urbanisme, Simon-Olivier Côté, ajoute que le processus est d’autant plus intéressant puisque Saguenay souhaite rénover son pont piétonnier. Sa restauration figurait dans le premier plan triennal déposé le 18 décembre dernier, mais elle a été retirée de la deuxième mouture adoptée le 30 décembre en même temps que le budget.

 

 

Il en coûterait environ 15 millions de dollars pour rénover le pont de Sainte-Anne. Les élus aimeraient que les véhicules d'urgence puissent y circuler. Le conseiller municipal ajoute qu'il a une réelle valeur historique et emblématique. :

 

« Il a une valeur patrimoniale. C'est pas juste une question d'âge, c'est aussi la structure, la méthode de construction, l'architecture et plusieurs éléments comme ce qu'il représente pour la population. Aussi, il n'y a pas beaucoup d'ouvrages de ce genre au Québec. Nous sommes assez sûrs que le processus suive bien son cours. »

 

Maintenant utilisé par les marcheurs et les cyclistes, il avait été envisagé de démolir le pont de Sainte-Anne en 1972 lorsque le pont Dubuc a été construit. C'est un groupe de citoyens qui s'est levé pour le conserver. L'histoire donnera raison à ces gens puisqu'en 2013, l'incendie d'un pilier du pont Dubuc a fait en sorte que pendant 11 jours, le pont piétonnier est devenu seul lien pour traverser la rivière Saguenay, l'autre option étant un détour de 42 kilomètres par Shipshaw.

 

Marcheurs sur le pont, Bell Media