Covideuil : Le deuil en pandémie étudié à l'UQAC

Fleurs funérailles iStock

Un professeur de l'Université du Québec à Chicoutimi entame une recherche sur la mort et le deuil en temps de pandémie. Dans la dernière année, les rites entourant l'accompagnement d'un malade et ceux touchant le décès d'un proche ont été complètement chamboulés.

Jacques Cherblanc travaille en collaboration avec des chercheurs de l'Université du Québec en Outaouais ainsi que l'établissement de Waterloo. L'équipe est à la recherche de personnes qui ont vécu cette situation et l'appel est lancé à travers le Canada.

« On évalue que l'année 2020 est l'année où il y a eu le plus de décès dans l'histoire contemporaine au pays. Selon les différentes études, pour chaque personne défunte, il y a entre 5 et 9 personnes endeuillées.» - Jacques Cherblanc, chercheur

Le professeur de l'unité d’enseignement en études religieuses, en éthique et en philosophie aimerait que l'étude serve rapidement aux maisons funéraires et aux maisons de soins palliatifs pour améliorer les pratiques en temps de pandémie.

« Notre premier objectif à très court terme, c'est d'avoir le plus de réponses possible à notre enquête en ligne pour pouvoir informer les soignants et les résidences funéraires sur les pratiques qui ont été les plus efficaces pour prévenir les complications du deuil. »

Si vous êtes intéressé, vous trouverez plus d'informations au covideuil.ca. Vous pouvez vous inscrire jusqu'au 20 avril.

À la lumière des premières réponses reçues, M. Cherblanc remarque que les gens trouvent très difficile de ne pas pouvoir se réunir en groupes avec les êtres chers. Les endeuillés ont aussi beaucoup de difficulté à ne pas pouvoir être près physiquement de leurs proches lors des funérailles.

 

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!