Départ des marcheurs en solidarité avec les survivants des pensionnats autochtones

Une trentaine de marcheurs ont entamé les premiers mètres jeudi matin jusqu'à Québec. (Marc-Antoine Mailloux | Noovo Info)

C'est vers 10h30 jeudi matin qu'un groupe d'Autochtones a entamé le chemin séparant Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean, des plaines d'Abraham, en vue de la visite du pape au Québec.

Il y avait beaucoup d'émotions lors de la cérémonie qui a précédé le départ de cette marche en soutien aux victimes des pensionnats autochtones.

Des survivants et des proches de victimes ont livré des témoignages vibrants, de quoi donner une impulsion aux marcheurs. Ce fut le cas du chef de la communauté de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique.

« C'est une histoire triste, mais ça fait partie de notre histoire. On ne peut malheureusement pas l'évacuer. Il faut la regarder en face et voir toutes les conséquences que le phénomène des pensionnats a fait subir à nos parents, nos grands-parents et, dans certains cas, nos arrière-grands-parents. »

Ceux-ci parcoureront 275 km en sept jours pour atteindre les plaines d'Abraham le mercredi 27 juillet, la veille de l'allocution du pape. Il prononcera des excuses officielles de l'Église aux Autochtones pour la souffrance qu'elle leur a fait subir avec les pensionnats autochtones.

Au total, une vingtaine de personnes de différentes nations autochtones feront le chemin en entier. Au moment du départ jeudi matin, une dizaine d'individus marchaient aussi les premiers mètres pour accompagner les marcheurs.

Au total, des milliers d'Autochtones se mobilisent pour assister à l'allocution du pape.

Le dernier pensionnat à avoir fermé ses portes dans la province est celui de Mashteuiatsh en 1991. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la communauté a été choisie comme point de départ de cette grande marche.

Avec la collaboration de Marc-Antoine Mailloux - journaliste Noovo Info

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!