Des camps de jour se préparent dans la région

Des balançoires vides

Il devrait  y avoir un camp de jour cet été au Pavillon sportif de l'UQAC qui est en période de recrutement pour trouver ses moniteurs. L'établissement qui accueille normalement 300 jeunes pendant 10 semaines a annulé son offre l'an passé en raison de la pandémie.

Toutefois, cet été, environ 200 enfants pourront y prendre part chaque semaine si tout se déroule comme prévu, explique la responsable de l'administration Marie-Claude Duchesne. La décision finale sera prise en avril.

«On se prépare à donner des activités sportives qui sont toujours selon nos standards de qualité. On veut que l'expérience soit plaisante et non contraignante pour les enfants malgré tout.»

 

Au Lac Pouce à Laterrière, l'équipe a déjà de l'expérience avec les mesures sanitaires. Le directeur général Laval Dionne précise que pour l'instant, les règles de la santé publique restent les mêmes.

«Nous l'année passée, on a eu un déluge d'inscriptions. Il fallait que l'essentiel de notre programmation se déroule à l'extérieur, il y avait de la désinfection de matériel à chaque utilisation, il y avait le concept de bulles.»

Aucune décision n'a encore été prise concernant les camps de vacances, où les enfants et les moniteurs dorment sur place. L'association des camps présentait son plan de retour à la santé publique vendredi, M. Dionne s'attend donc à avoir des nouvelles dans les prochains jours.

«Le programme d'aide financière pour les camps de vacances de l'année passée n'est pas encore réglé. On devrait avoir des nouvelles sous peu.» - Laval Dionne, directeur général du Lac Pouce

Le Lac Pouce dévoilera les détails entourant les camps au début du mois d'avril. Notons que le Patro de Jonquière offrira également un camp de jour tout comme plusieurs municipalités de la région dont Saguenay.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!