L'aluminium sera mieux surveillé dans l'ACÉUM

Bloc Québécois

L'aluminium sera protégé dans le nouvel Accord de libre-échange Canada–États-Unis-Mexique. Le métal importé d'Asie sera mieux surveillé, ce qui devrait empêcher le dumping de l'aluminium chinois.

La vice-première ministre Chrystia Freeland affirme que le Canada travaillera avec le Mexique et les États-Unis pour modifier l'accord au besoin. Le Bloc québécois crie victoire et pour le député de Jonquière, Mario Simard, la mobilisation régionale y est pour beaucoup. :

 

« C'est une victoire régionale. C'est la victoire de la mobilisation syndicale, des maires et du milieu. Ça marche dans un gouvernement minoritaire quand on fait le travail d'une opposition sérieuse. »

 

Rappelons qu'en décembre dernier, plusieurs intervenants régionaux avaient fait une sortie publique pour dénoncer le traitement de l'aluminium dans l'accord comparativement à celui de l'acier. Le 29 janvier dernier, une délégation composée de maires et de délégués syndicaux s'est rendue à Ottawa.

Le Bloc québécois, qui avait voté contre la nouvelle mouture de l'accord, compte maintenant l'appuyer.

Par voie de communiqué, le syndicat des Métallos a indiqué être très fier que les choses bougent « même si l'accord n'est pas modifié en tant que quel » et estime que la mobilisation régionale a fonctionné.

De son côté, le député conservateur Richard Martel a minimisé le gain revendiqué par le Bloc québécois, indiquant que rien n'a été remporté. : 

« On apprend rien de nouveau aujourd'hui. Il y a zéro entente qui a été faite. C'est une continuité de discussion. Il n'y a rien de concret là-dedans. »