La rentrée scolaire sera normale et sans masque en septembre

Classe ISTOCK DOLGACHOV

Les jeunes du primaire et du secondaire retrouveront leurs camarades, sans masque, pour la prochaine rentrée scolaire. Ils pourront aussi se mélanger entre eux tandis que Québec s'apprête à mettre fin au concept de bulles-classes. 

Ce retour à la normale prévoit également la reprise des cours optionnels, des activités parascolaires, du sport-études et des sorties éducatives. Les enfants garderont leurs bonnes habitudes d'hygiène avec le lavage de mains fréquent et les écoles seront nettoyées plus souvent pour prévenir les éclosions.

Tout le plan repose par contre sur un taux de vaccination à deux doses de 75% chez les 12 à 17 ans. Le plan sera révisé en août en fonction de la situation épidémiologique.

« Si on continue nos efforts cet été, si on ne relâche pas notre vigilance, si on va se faire vacciner, les élèves pourront revenir dans l'école qu'ils connaissent, l'école qu'ils aiment.» - Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation 

Acutellement, 238 439 jeunes de 12 à 17 ans ont reçu leur première dose de vaccin ou ont pris rendez-vous. C'est l'équivalent de 45% de la population pour ce groupe d'âge. 

La Santé publique se réserve le droit de fermer à nouveau des classes et d'offrir des cours à distance en cas d'éclosion. Son directeur, le Dr Horacio Arruda, rappelle que tout peut basculer d'ici 3 mois avec la pandémie.

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) qui représente 110 000 travailleurs en milieu scolaire accueille positivement ce retour à la normale en septembre. Elle craint cependant que le plan ne chavire à la moindre occasion. Sa présidente, Sonia Ethier, rappelle qu'il y a encore un manque criant de ressources pour venir en aide aux élèves en difficulté avec la pandémie.  

103 écoles du Québec étaient aux prises avec une éclosion de COVID-19 en date de lundi d'après les données officielles du gouvernement du Québec.

 

L'ESPOIR D'UN BAL DE FINISSANTS?

Devant le tollé soulevé par l'annulation des bals de finissants, le Dr Horacio Arruda dit comprendre la frustration et la colère des jeunes et des parents. Il justifie sa décision par un taux de vaccination trop faible pour prévenir une super propagation dans le cas où la COVID-19 s'invite dans les partys de fin d'année.

La situation pourrait par contre changer d'ici la fin août:

«Pour le bal, je m'engage à faire une réévaluation très rapide avec mes équipes pour voir dans quelles conditions potentiellement et quand ça pourrait avoir lieu.» - Dr Horacio Arruda, directeur de la Santé publique du Québec

Le Dr Arruda est conscient que l'interdiction pourrait inciter des jeunes à se réunir clandestinement pour commémorer la fin de leur passage au secondaire. Une centaine de finissants de Saguenay se sont donné rendez-vous pour un avant-bal, hier soir, dans le secteur de Laterrière. La police de Saguenay s'est présentée sur place pour faire de la sensibilisation sur la distanciation sociale et la consommation responsable d'alcool plutôt que d'interdire la soirée.  

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!