Le foyer d'éclosion à l'école Charles-Gravel sous haute surveillance

Charles-Gravel

L'École secondaire Charles-Gravel à Chicoutimi-Nord fait l'objet d'une surveillance particulière alors que 20 cas de COVID-19 y ont été confirmés.

Plusieurs parents inquiets nous ont contactés à la suite de l'annonce de la fermeture jusqu'au 22 novembre de l'école primaire Marguerite-Belley de Jonquière. Certains croient que la même décision devrait être prise pour l'École Charles-Gravel et qu'il faudrait basculer en enseignement à distance pour la cinquantaine de groupes. 

Ces parents nous rapportent que les élèves d'au moins 7 classes sont maintenant en isolement à la maison par mesure préventive. Le plus inquiétant selon eux, c'est que le coronavirus touche tous les niveaux, de la 1re à la 5e secondaire.

Au Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay, on se veut rassurant, indiquant qu'une évaluation de la situation est en cours dans l'établissement et que tous les scénarios, dont une fermeture temporaire, sont considérés. On rappelle toutefois que l'école compte près de 1 600 élèves et 160 membres du personnel et qu'il y a 15 cas de confirmés pour l'instant.

Autre journée à plus de 100 cas

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean enregistre une autre journée à plus de 100 nouveaux cas de COVID-19 avec 109 cas positifs dans les dernières 24 h. Deux autres décès sont rapportés pour un bilan global de 49 depuis le début de la pandémie.

Le nombre de cas actifs passe à 646 et ils se concentrent encore majoritairement dans les secteurs de Lac-Saint-Jean Est, Jonquière et Chicoutimi, rapporte le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

État de la situation 5 novembre, CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Dans la région, 30 des 63 foyers d'éclosion sont dans des entreprises. Il y a 15 éclosions dans les écoles, 11 dans les installations du CIUSSS et milieux d'hébergement, 2 dans des garderies et 5 dans des activités de loisirs.

Un sentiment d'invincibilité ?

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean et Lanaudière Nord restent les deux régions les plus touchées présentement par la pandémie.

Avec près de 233 cas pour 100 000 habitants dans la première et 224 cas pour 100 000 habitants dans Lanaudière, elles se trouvent loin devant Montréal qui affiche un taux de 110 et la Capitale-Nationale à 113 cas pour 100 000 habitants.

Comme ces deux régions ont été peu touchées lors de la première vague au printemps dernier et que le coronavirus était quasi absent au cours de l'été, le premier ministre François Legault croit que les citoyens se sont crus à l'abri du virus. :

« Ç’a comme développé un sentiment où ils étaient invincibles. Par exemple, dans Lanaudière Sud, ils ont été très affectés au printemps et ils ont comme eu leur leçon. Par contre, quand on regarde le nord de Lanaudière, ils ont été très peu touchés et ils se sentaient à l'abri. C'est un peu la même chose au Saguenay-Lac-Saint-Jean, me disent les députés. »

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est passé en zone rouge lundi. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, se défend d'avoir pris une décision tardive.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!