Les élus de Saguenay pourraient baisser leur salaire

Séance conseil de ville

Les élus de Saguenay pourraient surprendre les citoyens en se votant une baisse de salaire dans le prochain budget, un an après la controversée hausse.

Les conseillers municipaux ont reçu une première augmentation de 10 000 $ l’an dernier puisqu’ils sont passés de 19 à 15, augmentant la charge de travail pour chacun. La deuxième tranche de 10 000 $  était plutôt un arrangement fiscal parce qu’une portion de leur salaire devenait imposable autant au fédéral qu’au provincial, rappelle la mairesse Josée Néron. Or, le gouvernement québécois n’est finalement pas passé à l’action. La diminution pourrait donc être rétroactive.

 

« Il y a le provincial qui n'est jamais passé à l'action, alors on veut montrer à la population que nous sommes responsables et oui nous allons discuter de cette option. » - la mairesse Josée Néron.

 

Le pavillon de l'agriculture est toujours dans les plans

Toujours à la séance du conseil de ville lundi soir, les élus ont choisi de mettre à jour les plans et devis pour refaire le système de réfrigération du pavillon de l’agriculture, voisin du Centre Georges-Vézina.

Une décision qui peut surprendre avec toute l’énergie investie depuis des mois dans le projet d’amphithéâtre et qui prévoyait que le pavillon de l’agriculture deviendrait un entrepôt. C’est que la Ville a obtenu une subvention d’un million de dollars pour les travaux au pavillon et elle a jusqu’au mois de juin 2020 pour accorder le contrat. La mairesse Josée Néron ne voudrait pas perdre les deux projets. :

 

«On veut s'assurer de ne pas fermer une patinoire pour les besoins de la population. On a décidé d'aller de l'avant. Mais le conseil a toujours le droit de décider de se retirer s'il voit qu'il y a autre chose qui arrive à l'horizon et que c'est plus intéressant pour lui. »

 

Déficit de 600 000 $ à la STS

Devant un déficit anticipé de 600 000 $ pour l’année qui se termine, la Société de transport du Saguenay demande l’aide de la Ville. La STS l’attribue à des dépassements pour les frais d’exploitation, le coût de l’essence mais surtout pour des honoraires juridiques dans un conflit qui l’oppose à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay. Le conseil de ville a accepté de verser les 600 000 $, mais l'élu baieriverain Martin Harvey a tenu bon d'ajouter à la résolution que le versement doit être conditionnel au dépôt du budget et du programme triennal de l'organisme qui devait être fait le 1er novembre dernier.

 

Des militants écologistes mécontents de la position de la mairesse

Bell Media

 

Finalement, pendant la période de questions, une quinzaine de militants écologistes se sont présentés tour à tour au micro  pour dénoncer le projet de GNL Québec et pour faire savoir à la mairesse qu'ils n'ont pas aimé sa position au Cercle de Presse du Saguenay. La semaine dernière, elle s’est montrée favorable aux grands projets industriels, sous approbation du BAPE.

Les militants ont évoqué les possibles problèmes de santé et les effets néfastes de l’utilisation des énergies fossiles. Ils ont toutefois été interrompus quelques minutes par un citoyen qui s'est énervé de voir ces gens se présenter au micro. Il s'en est pris verbalement aux militants avant d’être escorté à la sortie par deux policières.