Mêmes fonctions, salaires différents sur les bases militaires

Manifestation Bagotville

Des employés civils de dix bases militaires du pays, dont Bagotville, Valcartier et la Garnison Saint-Jean ont manifesté tôt jeudi matin pour dénoncer l'inégalité des salaires d'une installation à l'autre. Ils expliquent que deux employés faisant le même travail sur deux bases différentes ne touchent pas le même salaire.

À Bagotville, située à Saguenay, le président du syndicat de l'Union des employés de la Défense nationale, Mathieu Caron, explique qu'ils sont les moins bien payés dans la fonction publique avec un salaire moyen de 15 $ l'heure, ce qui représente jusqu'à 42 % de moins que leurs homologues de l’administration centrale fédérale.

« Par exemple, une adjointe administrative ici va gagner 18 $ l'heure, mais à Ottawa, elle gagne 24 $ l'heure et 23$ à Gagetown. Ce n'est pas normal que pour le même travail nous ayons de si grandes différences. » - Mathieu Caron,  président du syndicat de l'Union des employés de la Défense nationale​.

Les employés de soutien sur les bases militaires se répartissent en deux catégories : soutien administratif (adjoints administratifs, commis à la comptabilité, adjoints aux ressources humaines, etc.) et le soutien opérationnel (barmans, moniteurs, commis, caissiers, nettoyeurs, préposés dans divers clubs, mess des officiers, etc.).

La première ronde de négociation vient de se terminer avec l'employeur, souligne Mathieu Caron. À travers le pays, il y a dix 10 unités de négociation : Bagotville, Gagetown, Goose Bay, Petawawa, Suffield, Trenton, Valcartier, Ottawa et la Garnison Saint-Jean.

 

Avec la collaboration de Julie Bergeron.