Organiser une rentrée scolaire en une fin de semaine

ecole

Certaines classes dans les écoles secondaires devaient rouvrir leurs portes hier et aujourd'hui. Or, le ministère de l'Éducation a avisé les commissions scolaires seulement vendredi dernier, ne laissant qu'une fin de semaine de préparation.

Bell Média a contacté la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, du Val-des-Cerfs, des Sommets et des Hauts-Cantons. Elles ont toutes indiquées qu'elle avait reçu un avis tard dans la journée de vendredi, indiquant que certaines classes devaient rouvrir le 1er ou le 2 juin.

Cela signifie de contacter les parents, les enseignants, organiser des locaux en fonction des règles sanitaires et plus encore, en l'espace d'un week-end. Toutes les commissions scolaires s'affairaient encore à ficeler le retour en classe lorsque nous les avons contactés.

Le président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie, Richard Bergevin, dénonce la manière d'agir du ministre de l'Éducation. Il indique avoir reçu de nombreux appels d'enseignants cherchant des réponses et avoir vu des directions d'écoles rentrer au travail au cours de la fin de semaine pour tenter d'organiser le tout. « C’est un manque total de respect envers les gens, qui, sur le terrain, travaillent fort pour offrir un service éducatif de qualité », pense M. Bergevin.

Décret

Le retour en classe pour certains élèves a été demandé par décret.

Le décret 566-2020, adopté vendredi, demande que « des services d’encadrement pédagogique soient organisés et fournis par les commissions scolaires et les établissements d’enseignement privés » aux élèves suivants :

  • Les élèves de l’enseignement secondaire admis à une formation du parcours de formation axée sur l’emploi
  • Les élèves de l’enseignement secondaire qui reçoivent les services d’un centre de réadaptation appartenant à la classe d’un centre de réadaptation pour les jeunes en difficulté d’adaptation exploité par un établissement de santé et de services sociaux, pourvu que le nombre d’élèves soit limité à six par groupe
  • Les élèves handicapés ou avec un trouble grave du comportement du préscolaire, du primaire et du secondaire dans le Grand Montréal ou dans la MRC de Joliette
  • Les élèves du primaire d’un centre de réadaptation pour les jeunes en difficulté d’adaptation exploité par un établissement de santé et de services sociaux, pourvu que le nombre d’élèves soit limité à six par groupe

Ce même décret exige aussi que des « services de répit en milieu scolaire soient organisés et fournis, pourvu que le nombre d’enfants soit limité à 15 par groupe », pour les élèves suivants:

  • les élèves handicapés ou vulnérables de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire de Montréal ou la MRC de Joliette
  • les élèves handicapés ou vulnérables de l’enseignement secondaire inscrits à un établissement d’enseignement 

Ce décret indique aussi que le tout doit être « fourni de façon progressive aux élèves, et ce, pour les 1er et 2 juin 2020 ».

Camp pédagogique

Selon le président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie, les commissions scolaires ont aussi reçu un autre mandat: celui d'organiser des camps pédagogiques dès la semaine prochaine. 

M. Bergevin explique qu'une lettre du ministre explique que ces camps s'adressent aux « élèves en difficultés d’apprentissage, sans définir la clientèle visée et il revoit la balle pour décider quelle clientèle devrait être visée par ces camps pédagogiques ».

Le président ajoute que mardi, personne ne savait encore exactement la forme qu’allait prendre ces camps.

« Quand je vous dis que le ministre crée de la confusion dans le système… Ses décisions sont incohérentes, il ne nous permet d’agir comme des professionnels. On va se retrouver avec des groupes d’élèves qu’on ne connait pas, alors que les élèves ne nous connaissent pas, on va devoir apprendre à travailler avec eux, on va devoir apprendre quelles sont leurs difficultés avant de pouvoir faire un travail intéressant avec eux et c'est pour 2 semaines avant la fin de l'année alors je pense que là-dessus le ministre ne donne pas l’impression d’être un professeur même s’il dit l'être », conclut M. Bergevin.

 

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!