Pension alimentaire : un gain pour les parents à faible revenu

pension1

À compter d'aujourd'hui, 1er octobre, il restera plus d'argent dans les poches des familles monoparentales qui bénéficient de l'aide sociale.

Le gouvernement de la CAQ fait passer l'exemption de la pension alimentaire de 100 à 350 $ par mois, par enfant, ce qui veut dire que si un parent reçoit une pension alimentaire de 350 $ pour son enfant, il pourra dorénavant la conserver en entier. Avant, le gouvernement amputait son chèque d'aide sociale ou de prêts et bourses de 250$ puisque l'exemption était de 100 $.

L'ajustement de cette mesure touche 5 600 ménages québécois.

Le coordonnateur L.A.S.T.U.S.E., organisme qui vient en aide aux sans-emploi, Sylvain Bergeron explique que même s'il s'agit d'un gain, cette façon de faire demeure illogique. :

 

« Pour la pension alimentaire versée à un ex-conjoint, oui ça on comprend que c'est un revenu. Mais la pension alimentaire versée à un enfant, c'est pour que celui-ci conserve le même niveau de vie chez ses deux parents malgré la séparation. Mais là le gouvernement dit que c'est un revenu et il le déduit du chèque, de la mère plus souvent qu'autrefois.»

 

 

Représentations à la ministre Laforest

En mars dernier, des représentants d'organismes d'aide aux moins nantis avaient rencontré la ministre Andrée Laforest pour lui demander de mettre fin au détournement des pensions alimentaires pour les bénéficiaires d’aide sociale ou de prêts étudiants. Ils avaient présenté plusieurs cas pour dénoncer l'inégalité.