Pourvoirie des Laurentides de La Doré : le notaire brise le silence

Pêche

Le notaire qui a signé le contrat de vente de la Pourvoirie des Laurentides, Samuel Blais, sort publiquement aujourd'hui pour raconter comment ce dossier lui a pourri la vie, le poussant même au suicide.

La famille Thivierge ainsi que Maxime De Varennes sont débarqués en 2015 dans son bureau comme n'importe quels autres clients affirme Me Blais qui avait traité un seul dossier d'hypothèque pour De Varennes auparavant. Selon le notaire, un conflit entre les parties a par la suite envenimé la situation jusqu'à un point de non-retour.

 

« La nature du conflit à proprement dit ce n'est pas à moi à en parler parce que je n'étais pas là. Sauf, qu'ils étaient quand même liés par un contrat et un vendeur pis un acheteur qui ne s'entendent plus après une transaction, j'en voyais presque tous les mois, donc je n'étais pas vraiment surpris. Mais, dans ce cas-là, la famille Thivierge a décidé de porter plainte, notamment à la Chambre des notaires, aux policiers et dans des instances gouvernementales. »

 

Le notaire tient aujourd'hui a précisé qu'aucune enquête, autant policière que déontologique n'a révélé qu'il a commis une faute. Assurant avoir toujours agi avec professionnalisme, Samuel Blais raconte que ce dossier a carrément détruit sa vie et celle de sa famille et qu'encore aujourd'hui, il ne sait pas s'il sera en mesure de reprendre le travail. Il précise faire des crises d'anxiété et de panique.

 

Point de non-retour

Samuel Blais dit devoir revenir sur la diffusion d'un reportage à l'émission J.E. Selon lui, la tension est devenue insoutenable à partir de ce moment et peu importe le notaire, personne n'aurait pu empêcher cette situation de tourner au vinaigre. Le clan Thivierge alléguait que l'acheteur n'avait pas payé le montant prévu pour la transaction. Le notaire a une tout autre version. : 

 

« Le 2 juin 2016, les journalistes viennent frapper à ma porte. Moi je ne pouvais pas parler, je suis lié au secret professionnel. Sauf qu'il est important de savoir qu'à ce moment, M. De Varennes avait fait tous ses paiements. C'est après qu'il a décidé de cesser de payer parce que la situation empirait avec le vendeur. »

 

Entente hors cours

Au début du mois, une entente hors cours est survenue entre les deux parties, mais les détails demeurent confidentiels. Dans une lettre adressée aux médias, le fils de l'ancien propriétaire, Samuel Thiverge, s'est dit insatisfait du règlement. Il envisage de racheter la pourvoirie qui appartient maintenant à homme d'affaires de Saint-Félicien.