Près de 500 employés de la santé retirés du travail au Saguenay-Lac-St-Jean

Hôpital de Chicoutimi, Urgence

Près de 500 travailleurs de la santé sont retirés du travail au Saguenay-Lac-Saint-Jean, devenu l'épicentre de cette deuxième vague de COVID-19. Une situation qui accentue la pression sur le réseau de la santé et qui affecte le moral des troupes qui sont stressées et à bout de souffle.

Le temps supplémentaire obligatoire est en forte augmentation souligne la présidente de la FIQ régionale, Julie Bouchard. Elle ajoute qu'il y a de plus en plus de déplacements de personnel et de délaissements de soins.

«Le moral est à zéro, les membres sont découragés et épuisés. Une infirmière dans un CHSLD me disait lundi qu'en 5 jours de travail elle a fait 80 heures. C'est deux semaines de travail en une.»

Julie Bouchard est déçue du passage du ministre de la Santé Christian Dubé lundi au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle s'attendait à ce qu'il annonce des solutions concrètes pour le réseau de la santé, du renfort par exemple. Mme Bouchard ajoute que sa venue ici n'a rien apporté.

 

À lire aussi : Le Saguenay-Lac-Saint-Jean frôle les 200 nouveaux cas

 

La présidente de la FIQ est aussi revenue sur les propos tenus par la ministre Andrée Laforest lundi en point de presse. Contrairement à la députée de Chicoutimi, Julie Bouchard ne croit pas que c'est notre fierté régionale qui nous permettra de traverser cette crise.

«Présentement on est la pire région au Québec, alors est-ce que je suis fière? La réponse est non. Évidemment, il faut avoir un discours positif pour donner de l'espoir aux gens, mais lundi c'était plus un discours politique.» - Julie Bouchard, présidente régionale de la FIQ

Voici un extrait de l'entrevue réalisée avec Julie Bouchard qui défend le travail des employés du réseau de la santé dans la région.

 

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!