Projet de Métaux Blackrock: critiques du BAPE

BAPE

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) critique sévèrement le projet d'usine de ferrovanadium de Métaux Blackrock dans le secteur de Grande-Anse à Saguenay.

Le BAPE remet en doute la viabilité du projet si l'entreprise ne trouve pas preneur pour les résidus de titane qui pourraient s'avérer dangereux.

Selon le rapport, l'usine serait un des plus grands émetteurs de gaz à effet de serre du Québec.

L'entreprise n'a pour l'instant aucun plan de compensation pour la pertes de milieux humides et peu d'informations sur l'impact de cette construction sur la faune locale ainsi que la pollution sonore.

Au moment de la réalisation de l'étude, Métaux Blackrock n'avait toujours pas statué sur le mode de transport du minerai entre Chibougamau et Saguenay.

Le gouvernement Couillard a annoncé un investissement de 250 millions de dollars pour le projet en août dernier.

Réactions

Le directeur de Port Saguenay, Carl Laberge, accueille favorablement le rapport du BAPE.

Même si certaines inquiétudes sont soulevées, M. Laberge estime que le rapport est positif dans l'ensemble.

En ce qui concerne les résidus de titane potentiellement dangeureux, Carl Laberge croit que ce n'est qu'une question de temps avant que la compagnie trouve preneur.
''L'information qu'on a c'est que l'entreprise est en train de négocier au niveau des marchés pour vendre ces produits-là, ils vont être exportés. On n'a pas de raison de croire que ce ne sera pas le cas''.

La Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord se réjouit aussi du rapport.

Pour sa part, le Conseil régional de l’environnement et du développement durable du Saguenay-Lac-Saint-Jean partage les mêmes préoccupations que le BAPE, entre autres sur les émissions importantes de gaz à effet de serre.