Saguenay rejette le projet de bioparc à Laterrière

Conseil de ville

Après un long débat, une majorité d'élus de Saguenay ont rejeté le projet de bioparc à Laterrière hier soir à la séance mensuelle du conseil de ville. Encore une fois, les Laterrois étaient nombreux dans la salle Pierrette-Gaudreault à Jonquière.

Trois intervenants ont été sollicités pour répondre aux inquiétudes des citoyens, le directeur général de Promotion Saguenay, Patrick Bérubé, le président du Centre de traitement de la biomasse de la Montérégie, Benoît Paré, ainsi que la chef de Division, Aménagement du territoire et urbanisme à la Ville de Saguenay, Marie-Christine Tremblay. Leur présence n'a toutefois pas suffit à rassurer les citoyens, qui se sont présentés un à un au micro pour exprimer leur mécontentement.

La soirée a ensuite pris une tournure inattendue, lorsque le conseiller municipal Michel Potvin a demandé de différer la demande de modification de zonage, pour finalement voter contre le projet. Onze conseillers l'ont imité et quatre ont voté en faveur du bioparc.

«Je pense que pas mal tout a été dit. Les gens de Laterrière ont vécu le dépotoir, on ne veut pas leur amener quelque chose dont on n'est loin d'être certain. Il y a un risque énorme dans le futur. En bout de ligne si vraiment il y a des odeurs, on va se ramasser à déménager une entreprise, ça va coûter bien plus que 3 M$.» - Michel Potvin, conseiller municipal

Plus tôt en journée, plus de 300 citoyens ont mis en demeure les élus de la Ville, qualifiant les projets de règlement d'illégaux.

Le projet de bioparc, piloté par Agriméthane Saguenay, devait voir le jour sur le site de l'ancien dépotoir à Laterrière parce qu'il aurait permis de capter le méthane qui s'en échappe. Québec avait annoncé en mars dernier une subvention de 8 M$ pour le projet. Des rencontres d'information se sont tenues en août pour consulter les citoyens situés dans un rayon de 1,5 km du site, mais elles n'ont pas calmé leur grogne.

Réaction de la mairesse

Au lendemain du conseil de ville, la mairesse sortante de Saguenay Josée Néron se dit en quelque sorte rassurée pour le promoteur. Elle entend s'asseoir avec Agriméthane pour étudier d'autres sites potentiels pour accueillir un bioparc sur le territoire.

«Je suis contente qu'on ait une réponse à donner. Ces gens ont besoin d'avoir une réponse de la part du conseil pour savoir où est-ce qu'ils vont pouvoir implanter leur usine.»

Par ailleurs, Josée Néron a dû ramener à l'ordre quelques citoyens au cours de la soirée. Un homme a haussé le ton envers l'élue lors de la période de questions et une femme de Jonquière a été sortie de la salle sous escorte policière en raison de propos déplacés. Malgré tout, la mairesse croit que les citoyens ont le droit de s'exprimer.

 

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!