Transport adapté à Saguenay : les organismes veulent rencontrer leurs députés

Mini-bus-electrique-adapte-Rouyn

Les organismes touchés par les coupures dans le transport adapté interpellent les députés caquistes de Saguenay. Un mois après le début de la crise, ils n’ont toujours pas réussi à rencontrer Andrée Laforest et François Tremblay.

Pour Manon Blackburn de l’Association régionale des loisirs pour personnes handicapées, l’argent est le nerf de la guerre. L’argent supplémentaire permettrait d’offrir des salaires plus attrayants aux chauffeurs d’Intercar et ainsi contrer la pénurie de main-d’oeuvre. Selon elle, l’argent pourrait provenir de Québec, de la Ville de Saguenay et même de la Société de transport du Saguenay.

La directrice générale chez Groupement des organismes des personnes handicapées du Saguenay, Francine Gagnon déplore que la Ville ait adopté un plan d’action pour mieux intégrer les personnes handicapées, mais que le budget au transport adapté soit déficient.: 

 

« À Saguenay, on a un plan d'action qui est bien fait et des choses qui se développent tant au niveau de l'accessibilité des bâtiments que des activités, sauf que le transport ne suit pas. »

 

Retour sur la crise

Le 12 septembre dernier, la STS annonçait qu'elle devait réduire son service de transport adapté pour les activités de groupes le weekend en raison d'un manque de chauffeurs d'autobus chez son sous-traitant Intercar. Depuis, plusieurs usagers du service et leurs proches nous ont confié qu'ils vivent dans l'isolement et qu'ils ne peuvent plus se rendre à leur activité favorite : la discothèque le vendredi soir ou les sorties le samedi après-midi. Pour ces gens à mobilité réduite, souffrant de problèmes de santé mentale ou non-voyants, il leur est bien souvent impossible de prendre le service régulier du transport en commun.

À la séance du conseil municipal de Saguenay lundi soir, le conseiller municipal à la Baie, Raynald Simard, a dit craindre pour la survie de l'organisme IntégrAction qui offre du répit aux familles de personnes handicapées parce que le taux de fréquentation le weekend est passé de 30 à 5 personnes depuis que le transport adapté n'est plus offert.

 

Avec la collaboration de Carolyne Labrie.