Un automobiliste sur 10 refusé au point de contrôle de la 175

barrageroute

Plus de 500 conducteurs ont été interrogés sur leurs déplacements hier sur le boulevard Talbot, à l’entrée de la réserve faunique des Laurentides. De ce nombre, une cinquantaine ont dû revenir sur leurs pas puisque leur transport n’était pas jugé essentiel par les policiers de Saguenay.

À l’autre barrage érigé sur la route 170 à La Baie, une douzaine de conducteurs ont dû rebrousser chemin. Les citoyens collaborent bien, assure le porte-parole de la police de Saguenay, Bruno Cormier. :

 

« En général, les gens comprennent. On n’a pas eu de problématique ou d'agressivité, mais évidemment que les gens sont déçus. Certains essayent un peu de voir s'ils peuvent passer. Les autres comprennent et ils retournent d'où ils viennent. »

 

La Sûreté du Québec ne donne pas de chiffres sur ses opérations du même genre. Depuis samedi, les déplacements non essentiels pour entrer et sortir du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont interdits. Seuls les travailleurs essentiels, livreurs, bénévoles ou les gens qui doivent retourner à leur domicile sont autorisés à circuler. Les déplacements pour rendre service à un parent et pour l’achat de produits essentiels sont aussi tolérés.

Une équipe dédiée aux dénonciations

Les policiers de Saguenay reçoivent encore une soixantaine d’appels chaque jour de citoyens qui dénoncent des rassemblements, si bien qu'une équipe est spécialement dédiée à traiter ces signalements.

Souvent, la situation se règle facilement par téléphone, précise Bruno Cormier qui ajoute que certaines personnes comprennent mal les mesures établies alors on discute, mais d'autres fois ce sont des signalements non fondés. :

 

« Il y a des gens qui communiquent avec nous pour nous mentionner qu'il y a six véhicules dans l'entrée d'une maison voisine et là ils croient que c'est un rassemblement familial. Après vérifications, on constate que ce sont tous des gens qui demeurent à cet endroit. Souvent, les enfants étudient à l'extérieur et là ils sont revenus à la maison avec leur voiture. »

 

Quelques appels dénonçaient des commerces encore ouverts, mais dans la plupart des cas, les propriétaires fautifs ont bien collaboré et ont cessé leurs opérations.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!