Un débat à deux candidats au Cégep de Chicoutimi


Andrée-Anne Brillant et Émile Simard étaient les deux seuls candidats à participer au débat. (Jade Laplante | Noovo Info)

Ce fut davantage un duel qu'un débat ce midi au Cégep de Chicoutimi, alors que trois candidats ont brillé par leur absence.

Seule la solidaire Andrée-Anne Brillant et le péquiste Émile Simard, tous deux candidats dans Dubuc, ont croisé le fer devant une foule d'étudiants intéressés.

En sept édition, l'enseignante et organisatrice du débat, France Devin, n'a jamais vu un tel désistement.

« On est en train de former de futurs citoyens, des gens qui vont participer à la vie politique, et le message qu'on est en train d'envoyer à mes étudiants, c'est qu'ils ne sont pas importants. »

Selon France Devin, la CAQ a décliné la demande, préférant faire du terrain et affirmant que les étudiants ne sont pas son public cible. Le candidat du Parti conservateur Éric Girard a préféré se concentrer sur ses études et le Parti libéral n'a pas donné suite aux demandes.

Les candidats déçus

Les candidats présents déplorent que leurs opposants aient été absents du débat.

« Le message que ça m'envoie, c'est que, pour eux, ça semble peu important notre futur, cette génération qui va former notre Québec. » - Andrée-Anne Brillant

La candidate pour Québec solidaire dans Dubuc ajoute que les candidats absents ont manqué une importante chance de faire vivre la démocratie au Cégep de Chicoutimi.

Émile Simard se dit pour sa part déçu de ce manque de participation des candidats des autres partis.

« Je pense que ça en dit long sur leur intérêt envers la population étudiante. »

D'après les informations de Jade Laplante - journaliste Noovo Info

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!