Un premier décès lié au vaccin d'AstraZeneca au Québec

Francine Boyer, 54 ans, originaire de St-Rémi en Montérégie a succombé à une thrombose cérébrale après avoir reçu le vaccin d'AstraZeneca - Salon funéraire Serre & Finnegan

Un premier décès lié au vaccin d'AstraZeneca contre la COVID-19 est rapporté au Québec.

Francine Boyer, 54 ans, originaire de St-Rémi en Montérégie a succombé à une thrombose cérébrale à la suite de sa vaccination. La victime est décédée vendredi dernier à l'Institut-hôpital neurologique de Montréal, a confirmé son conjoint Alain Serres «avec une énorme peine» par voie de communiqué, en fin de soirée.

Mme Boyer avait reçu une première dose du vaccin d'AstraZeneca le 9 avril dernier, en même temps que son mari. Elle a ensuite ressenti une grande fatigue accompagnée de maux de tête, dans les jours qui ont suivi. La quinquagénaire serait également la première au pays à succomber à ce type de complications.

Il s'agissait d'une femme en pleine santé, selon le premier ministre François Legault qui a transmis ces condoléances à la famille et aux proches de la victime lors de son point de presse en début d'après-midi.

«Je suis triste de savoir qu'une femme de 54 ans en pleine forme est décédée parce qu'elle a été vaccinée. C'est dur à prendre, mais en même temps on le savait.» -François Legault, premier ministre du Québec

Selon le Dr Horacio Arruda, la femme avait développé un anticorps qui consomme les plaquettes, soit des cellules qui jouent un rôle majeur dans la formation de caillot.

Malgré ce décès, la Santé publique n'a pas l'intention de changer sa stratégie de vaccination. Le vaccin AstraZeneca demeure donc réservé aux personnes de 45 ans et plus au Québec. Les autorités estiment toujours que les avantages du vaccin l'emportent largement sur les inconvénients, tout en rappelant que le risque de thrombose est de 1 personne sur 100 000.

«Il n'y a pas moyen de savoir qui est la personne qui va réagir comme ça, parce que s'il y en avait un, on ne donnerait pas le vaccin. C'est vraiment une balance de risques. Ça nous attriste beaucoup. Elle n'est pas allée se faire vacciner pour mourir, mais c'est rare et ne peut pas le prévoir.» -Dr Horacio Arruda, directeur national de Santé publique du Québec

La Santé publique du Québec confirme également un autre cas de thrombose et en rapporte deux autres pour lesquels des confirmations sont attendues.

La vaccination continue de s'accélérer

Les groupes prioritaires à la vaccination continuent de s'élargir au Québec. 

Dès demain, les femmes enceintes pourront prendre leur rendez-vous pour obtenir leur première dose. C'est une mesure qui était réclamée par plusieurs experts en raison des possibles complications liées à la grossesse.

Le ministre Dubé a aussi interpellé les personnes atteintes d'un handicap et leurs proches aidants pour qu'ils profitent davantage de leur accès prioritaire en vigueur, dont la prise de rendez-vous a été devancée à hier, soit une journée plus tôt que prévu.

(Avec la collaboration d'Andrée-Anne Barbeau, journaliste Noovo Info)

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!