Vapotage: la stratégie à Charles-Gravel a déjà un impact positif

Un deuxième cas de maladie pulmonaire grave liée au vapotage a été signalé au Québec.

La nouvelle réglementation entourant le vapotage à l'école secondaire Charles-Gravel de Chicoutimi-Nord a déjà un effet positif. Plusieurs jeunes ont dit à l'intervenant en prévention des dépendances, Tommy Duchesne, qu'ils ne ressentent plus cette pression d'adopter ce comportement.

Depuis le début de l'année, il est formellement interdit d'avoir une vapoteuse dans les mains sur les terrains de l'école. L'intervenant explique que les étudiants qui devaient constamment traverser ce groupe compact de vapoteurs se sentaient mal à l'aise, ce qui n'est plus le cas.

« J'ai plusieurs jeunes de secondaire 1 et 2 qui m'ont dit qu'ils sont soulagés avec la nouvelle règle parce qu'ils se sentent moins obligés de participer au mouvement de vapotage. Ils n'ont plus besoin de dire non. »

Une vaste stratégie sera déployée tout au long de l'année avec des cafés scientifiques et des rencontres d'information. Tommy Duchesne veut aussi impliquer davantage les parents qui souvent, ne sont pas au courant que leur jeune vapote ou croient que c'est moins nocif que la cigarette.

« C'est vraiment un travail d'équipe qu'on doit faire incluant la famille et l'école. Il faut se poser la question sur cette tendance-là qu'on a eue dans les dernières années de laisser nos jeunes vapoter. On n'est plus dans les années 80 et 90, on connaît maintenant les impacts sur la santé. »

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!