Violence sexuelle et conjugale: consultations gratuites pour les victimes

Femme triste

Un service de consultation juridique pour les victimes de violence sexuelle ou de violence conjugale voit le jour au Québec. Le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette a présenté ce matin le programme nommé Rebâtir.

Les victimes ont maintenant droit jusqu'à 4h de consultation gratuite avec un avocat, et ce, peu importe leur revenu. Le service est offert par téléphone ou virtuellement. L'équipe compte 14 personnes-ressources, dont 12 avocats, et ce nombre pourrait augmenter, a précisé le ministre qui évalue pour le moment son service à 3 millions $ par année.

 

Le numéro à appeler est le 1-833-REBÂTIR (1-833-732-2847), de 8 h 30 à 16 h 30, du lundi au vendredi.

 

Une personne victime de violence à la maison pourra donc poser des questions sur l'étendue de ses droits, la garde des enfants ou ce qui arrivera avec la maison. Les victimes pourront aussi être dirigées vers d'autres organismes pour se loger ou trouver de l'aide financière.

« Vous n'avez pas besoin d'avoir fait une dénonciation ou d'être allée voir la police. Toutes les personnes victimes y auront droit, sans exception. » - Simon Jolin-Barrette, ministre de la Justice

Un répertoire d'avocats spécialisés

Québec annonce du même coup qu'il poursuit son partenariat avec Juripop jusqu'en 2024 et l'organisme reçoit un nouveau mandat : celui d'établir un répertoire des avocats spécialisés en violences sexuelles et conjugales.

« Ceux qui auront complété la formation pourront faire partie du répertoire qui sera fort pertinent pour les victimes souhaitant faire affaire avec des personnes qui comprennent bien leur réalité. »

Lancé en 2020, Juripop a accompagné jusqu'à maintenant 1000 victimes, a souligné la directrice générale, Me Sophie Gagnon. L'organisme s'est vu confier le mandat d'accompagner gratuitement 125 personnes chaque année.

Initiative saluée par les organismes

La nouvelle a été bien accueillie par les organismes qui aident les femmes victimes de violence conjugale. La coresponsable des dossiers politiques au Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, Louise Riendeau a salué la création de la liste d'avocats spécialisés.

« Pour nous c'est une très bonne nouvelle, bien qu'on soit consciente que dans certains cas, 4h de consultation ne sera pas suffisant. C'est quand même un pas de l'avant pour mieux informer les victimes. » - Louise Riendeau du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale

Mme Riendeau aimerait maintenant la mise en place d'une formation pour les policiers et les juges qui interagissent avec des victimes.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!