Zone orange : Pas de barrages mais plus de policiers pendant la relâche

barrageroute

La présence policière sera accrue partout au Québec pour faire respecter les consignes sanitaires pendant la semaine de relâche. Des opérations précises auront lieu dans les lieux de villégiature et endroits où il y a de la location de chalets.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbaut, confirme toutefois qu'il n'y aura pas de barrage, malgré la demande répétée des régions en zone orange. Selon le gouvernement, les mesures déjà mises en place seront efficaces.

« Les rassemblements intérieurs sont tous interdits partout et le couvre-feu s'applique partout, avec une modification d'heure selon qu'on est en rouge ou en orange. Donc, il y a ces règles-là qui font une grosse différence qu'à la première vague où on avait fait les points de contrôle en question. » - Geneviève Guilbaut, ministre de la Sécurité publique

En zone orange, le couvre-feu est à 21h30. Les restaurants sont ouverts, mais les clients doivent montrer une preuve de résidence et ceux qui habitent dans une autre région ne peuvent entrer.

« Respectez les règles », demandent les élus en zone orange

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, maintenant que la décision a été prise, les élus s'y plient et implorent les visiteurs de respecter les mesures sanitaires. C'est le cas de la mairesse de Saint-David-de-Falardeau, Catherine Morissette, où se trouve le centre de ski le Valinouët et son village alpin.

« C'est sûr que je suis un peu déçue parce que je suis peureuse et je ne voudrais pas que nos commerces soient obligés de refermer et que nos hôpitaux doivent encore plus délester si les cas augmentent. Nos locateurs de chalet nous disent toutefois qu'il y a beaucoup de monde de la région qui ont réservé pour la relâche. » - Catherine Morissette, mairesse de Saint-David-de-Falardeau

De son côté, la mairesse de Saguenay, Josée Néron fait confiance aux décisions du gouvernement, mais précise que la population régionale est très inquiète.

« Nous ne sommes pas de la santé publique et nous n'avons pas toutes leurs données. Je me fie maintenant sur le bon jugement de chacun et sur la conscience sociale. Faisons en sorte que la COVID-19 ne se propage pas dans les régions où on a réussi à reprendre le contrôle grâce aux efforts collectifs. » - Josée Néron, mairesse de Saguenay

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!