18 éclosions sous surveillance régionalement

COVID-virus-hiver-1

De nombreuses éclosions sont en cours un peu partout en Abitibi-Témiscamingue. La Santé publique regarde de très près 18 d'entre elles qui ont surgi dans des milieux plus vulnérables.

On a qu'à penser aux foyers d'éclosions confirmés dans des résidences pour personnes âgées, dans des CHSLD et dans des centres hospitaliers. À l'heure actuelle, aucune ne serait active dans la MRC de Témiscamingue, selon la Santé publique.

« Il faut faire attention. Il y a plusieurs milieux qu'on ne suit pas. Ça ne veut pas dire que les gens du Témiscamingue peuvent penser qu'ils sont épargnés par ce qu'il se passe dans la région. »

- Dre Omobola Sobanjo, directrice de la santé publique par intérim

Les éclosions dans la Résidence pour aînés Le Boréal de Val-d'Or et au CHSLD Pie-XII de Rouyn-Noranda tirent à leur fin.

Dans un autre ordre d'idée, le médicament Paxlovid, un traitement antiviral de Pfizer, serait d'abord destiné aux adultes immunosupprimés. Efficace à 89% selon les essais cliniques, ce médicament serait distribué par les hôpitaux.

Deux pilules doivent être prises quotidiennement pendant cinq jours. Québec recevra 6300 traitements, mais pour le moment, les modalités ne sont pas encore connues en Abitibi-Témiscamingue.

« Malheureusement, je n'ai pas plus d'information que ce qui nous a été transmis. Tout va nous venir dans les prochains jours ou prochaines semaines. On a bien compris que la clientèle immunosupprimée est prioritaire. Elle sera définie sur recommandation de l'INESSS. Les gens de l'Abitibi-Témiscamingue pourront certainement en bénéficier en fonction du respect de ces critères, mais avec un petit nombre. »

- Caroline Roy, présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue

Finalement, les pharmacies en Abitibi-Témiscamingue recevront des tests rapides dans les prochaines semaines. Puisque l'approvisionnement demeure difficile actuellement, s'il y a apparence de symptômes, par mesure préventive, l'isolement de 5 à 10 jours selon le statut vaccinal est requis, comme si vous étiez positif.

Seuls les groupes prioritaires, tels que les enseignants ainsi que les travailleurs de la santé et en CPE, peuvent se faire dépister en laboratoire.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus