40 cas dans la région liés au variant sud-africain

Covid-19

Le variant sud-africain de la COVID-19 est bel et bien présent en Abitibi-Témiscamingue. Des 669 cas confirmés à ce jour régionalement, 40 découlent de ce variant.

12 d'entre eux sont associés à l'éclosion survenue dans une école de Landrienne à la mi-février. Les 28 autres sont liés à l'éclosion du début janvier.

L'information a été confirmée en soirée samedi, selon la Santé publique, elle qui ignore toujours la façon dont cette souche a pénétré dans la région.

« Pour l'instant, on n'est pas en mesure de faire le lien [entre les deux éclosions], mais c'est fort probable qu'il y en a un même si on ne le sait pas pour l'instant. Toutefois, il y a eu des va-et-vient dans la région. Donc, on ne sait pas encore jusqu'où ça va. D'emblée, il n'y a pas de lien direct entre des personnes qui ont été atteintes dans la première éclosion et ceux qui ont été atteints dans l'éclosion de Landrienne. »

- Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil à la Santé publique

L'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) collabore avec la Santé publique régionale pour tenter de retracer sa provenance.

Ce variant n'est pas nécessairement plus mortel, mais il est plus contagieux. Cependant, le vaccin de Moderna serait moins efficace, selon des données préliminaires du Laboratoire de santé publique du Québec qui pilote le programme de surveillance des variants en province.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus