De plus en plus d'hommes demandent de l'aide

Homme en détresse

Dans le cadre de la Journée québécoise pour la santé et le bien-être des hommes qui se tient aujourd'hui, une campagne de valorisation se déroulera sur les réseaux sociaux en utilisant le mot-clic #Lestempschangent. Le but est d'inciter les hommes à aller chercher de l'aide, même si les rencontres se font de manière virtuelle en raison de la crise sanitaire.

Dans les dernières années, l'évolution des services pour soutenir la gent masculine est remarquable en Abitibi-Témiscamingue, notamment avec le travail que font le Groupe IMAGE et le Centre d'Aide et de Prévention aux agressions à caractère sexuel de l'Abitibi-Ouest et l'arrivée d'une travailleuse de rang dans le secteur agricole.

Des stratégies ont aussi été mises en place au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) pour adapter les services offerts aux hommes et les intervenants du domaine social peuvent désormais compter sur plusieurs formations afin de mieux intervenir auprès d'eux.

« On voit beaucoup plus d'hommes d'année en année. Ils demandent davantage d'aide, mais en même temps, le travail n'est pas terminé. On pense que c'est un mouvement sociétal. Jadis, les hommes ne demandaient jamais d'aide. On voit aujourd'hui que c'est plus accepté. Il reste du travail à faire, mais un chemin a été accompli. »

- Tommy Cousineau, directeur général du Groupe IMAGE de l'Abitibi-Témiscamingue

En Abitibi-Témiscamingue, la séparation ou des problèmes familiaux incitent la grande majorité des hommes à demander de l'aide et à se confier. Aussi, certains consultent puisqu'ils ont des problèmes de santé mentale ou de consommation ou dépendance.

Selon Tommy Cousineau, de plus en plus de jeunes hommes commencent à recourir aux services d'organismes. Par contre, c'est plus difficile de rejoindre la tranche d'âge 25 à 45 ans.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus