Émilie Lessard-Therrien propose un Plan d'indépendance alimentaire

Émilise Lessard-Therrien, députée solidaire dans la circonscription Rouyn-Noranda-Témiscamingue.

En ce temps de pandémie, Québec solidaire veut subvenir aux besoins des Québécois et Québécoise en alimentation. En ce sens, Émilise Lessard-Therrien, députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue et porte-parole en matière d'agriculture, conjointement avec la porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, soumet un Plan d'indépendance alimentaire au gouvernement.

Ce plan comprend plusieurs mesures dont l'augmentation des seuils de production hors quota pour les petits agriculteurs, l'instauration d'une prime salariale de 4$ l'heure pour les travailleurs et la stimulation du recrutement de la main-d'oeuvre.

En contexte hivernal, environ 40% de nos denrées alimentaires proviennent des États-Unis.

« On voit comment les États-Unis se comportent actuellement avec le matériel médical. Si l'offre devient moindre au niveau de nos denrées alimentaires, est-ce qu'on peut s'attendre à ce que le président américain réagisse de la même façon, c'est-à-dire commencer par nourrir son monde avant de miser sur l'exportation? C'est souvent dans un contexte de crise comme ça qu'on se rend compte de notre dépendance à tout un système pour nous approvisionner. »

-Émilise Lessard-Therrien, députée solidaire de Rouyn-Noranda-Témiscamingue et porte-parole solidaire en matière d'agriculture

Reconnaitre les marchés publics comme des services essentiels et rendre l'accès aux services de garde d'urgence pour les enfants d'agriculteurs sont d'autres mesures proposées dans ce Plan. Émilie Lessard-Therrien juge ses propositions raisonnables et elle s'attend à ce que certaines mesures soient mises de l'avant.

D'autre part, la députée se dit satisfaite du travail accompli par le gouvernement Legault depuis le début de la crise du coronavirus. Elle apprécie que celui-ci prenne des décisions en se basant sur les conseils de la Santé publique.

Cependant, rien n'est parfait. Émilise Lessard-Therrien aimerait que les 4 M$ octroyés samedi aux PME en Abitibi-Témiscamingue par le gouvernement Legault soit offert aux nouvelles entreprises.

« On trouve que le programme est un peu trop rigide parce qu'il exclut toutes les entreprises qui sont en fonction depuis moins d'un an. On comprend qu'il faut démontrer une certaine viabilité pour pouvoir se classer pour obtenir de l'aide. Maintenant, je crois qu'il y a certaines entreprises qui sont en fonction depuis moins d'un an qui peuvent avoir de très bons dossiers. On devrait laisser la chance au coureur. »

-Émilise Lessard-Therrien

Avec la collaboration de Charles Laferrière, Bell Média.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus