Gazoduq signe une entente avec huit Premières Nations

Le logo de l'entreprise Gazoduq

Deux ans après le début des démarches, Gazoduq obtient finalement la collaboration de huit communautés autochtones qui seraient touchées par la conduite souterraine de gaz naturel.

Ce partenariat assurera la communication entre l'entreprise et la Société Mamo Aki, représente des communautés, afin d'échanger de l'information relativement au projet et aux activités et étapes à venir.

Cette convention permettra également aux Premières Nations d'analyser indépendamment les impacts économiques, culturels, sociaux et environnementaux du projet.

« Tout le monde y gagne. C'est moins de rencontres et de communications. C'est une façon beaucoup plus collaborative de travailler. Ce qui est prévu à l'intérieur de l'entente, ce sont par exemple des budgets qui leur permettent de mener leurs propres études pour éventuellement arriver à une autre étape qu'on appelle l'entente répercussions et avantages. Elle pourra arriver au plus tard vers la fin 2021. »

-Louis Bergeron, président de Gazoduq

Régionalement, la Première Nation Abitibiwinni et le Lac-Simon sont de l'entente.

En aucun cas, cette collaboration n’est un aval des communautés autochtones à la construction de la conduite.