Hausse salariale réclamée par les membres de l'APTS

Les membres de l'APTS et les techniciens et techniciennes en laboratoires en Abitibi-Témiscamingue manifestent devant le CLSC de Rouyn-Noranda pour dénoncer l'inaction du gouvernement du Québec à la table des négociations.

Les membres de l'APTS et les techniciens et techniciennes en laboratoires en Abitibi-Témiscamingue manifestent devant le CLSC de Rouyn-Noranda pour dénoncer l'inaction du gouvernement du Québec à la table des négociations.

Sans convention collective depuis maintenant six mois, ils veulent une augmentation de salaire de 12,4% sur trois ans.

« Ça a été analysé à l'APTS par des fiscalistes qui ont fait des études afin de s'assurer de l'exactitude du montant qu'on demande. C'est du rattrapage salarial d'année en année qu'on n'a pas eu. Ce n'était même pas l'inflation et le coût de la vie. On est donc justifié de demander 7,4% sur trois ans et un 5% d'augmentation en lien avec le coût de la vie. Ça fait le total de 12,4%. »

- André Vaillancourt, président par intérim de l'APTS en Abitibi-Témiscamingue

De meilleures conditions de travail permettraient de réduire les effets de la pénurie de main-d'oeuvre en favorisant non seulement l'attraction, mais aussi la rétention. C'est nécessaire sachant que plusieurs membres sont contraints de faire des heures supplémentaires.

« Particulièrement au niveau des laboratoires, tout ce que génère l'éclosion qu'il y a présentement comme test de dépistage en plus du travail régulier fait en sorte qu'il y a beaucoup de temps supplémentaire fait par les technologistes. La surcharge est vraiment là. On était déjà en surcharge et en manque de personnel avant la pandémie. C'est certain qu'on a une crainte. »

- Claudie Beaudoin, représentante nationale de l'APTS pour la région de l'Abitibi-Témiscamingue

La situation pourrait s'empirer si les membres venaient à devenir épuiser et partir en congé maladie.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus