Incendie dans une école de La Sarre : la thèse criminelle n'est pas écartée

Incendie à La Sarre en novembre 2019

L'incendie qui a fait rage à l'école L'envol de La Sarre, vendredi soir, est suspect et la thèse criminelle n'est pas écartée.

Le Service d'incendie a trouvé des éléments jugés assez importants pour que la Sûreté du Québec poursuive l'enquête.

« L'origine de l'incendie est suspect ou encore criminel. C'est la Sûreté du Québec qui reprend le flambeau. Il y a eu un technicien en identité judiciaire et un technicien en scène d'incendie qui se sont déplacés sur les lieux. Maintenant, il reste le volet enquête à faire. Il faut déterminer les causes et les circonstances et s’il y aura des accusations de portées contre une personne. »

-Hugues Beaulieu, sergent aux communications à la Sûreté du Québec

De son côté, le gouvernement assure vouloir aider, mais qu'il est beaucoup trop tôt pour réaliser un plan d'action.

Suzanne Blais estime qu'il faut laisser les experts faire leur boulot avant d'intervenir.

« Dans un premier temps, je pense qu'il faut prendre le temps et s'assurer de faire les bonnes choses. Nous avons des états de la situation tous les jours. La communauté de La Sarre, ce sont des gens qui sont tissés très serré. Mon ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, m'a affirmé à maintes reprises un soutien à la Commission scolaire du Lac-Abitibi. »

-Suzanne Blais, députée caquiste en Abitibi-Ouest

D'autre part, un groupe Facebook intitulé « Soutenons Victor-Cormier » et une campagne de financement GoFundMe sont créés afin d'aider les employés et jeunes étudiants à braver ce drame.

En terminant, la direction de l'école L'envol va rencontrer les parents ainsi que le Conseil d'établissement ce soir (lundi).