La population régionale inquiétée par le passeport vaccinal

Health-care worker Thi Nguyen administers Pfizer-BioNtech COVID-19 vaccine to a patient at a COVID-19 clinic in Ottawa on Tuesday, March 30, 2021. (Sean Kilpatrick/THE CANADIAN PRESS)

Ce qui suscite les passions de bien des Québécois ces temps-ci est l'idée d'instaurer un passeport vaccinal. En Abitibi-Témiscamingue, la population redoute de son déploiement.

De nombreux citoyens se questionnent sur la nécessité de cet outil et s'il ne les empêchera pas plutôt d'aller dans des endroits publics, à condition d'avoir une double dose dans leur système.

« Présentement, aucune modalité n'est liée à l'utilisation de passeport vaccinal pour donner accès ou non à des services ou à des lieux. Le passeport vaccinal ne sera jamais utilisé pour avoir accès à des services essentiels comme l'enseignement, des services de santé et de services sociaux ou même à titre de critère d'embauche pour un employeur. Ce ne sera pas l'utilisation qu'il en sera, s'il est déployé. »

- Caroline Roy, PDG du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue

À partir du moment où la situation épidémiologique se détériore en Abitibi-Témiscamingue ou au Québec, le gouvernement pourrait recourir au passeport vaccinal.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus