Le secteur public mécontent du double discours de Québec

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) veut que la future Maison des aînés de Palmarolle soit livrée à temps. Elle espère également que le budget du projet soit respecté.

Les travailleuses et travailleurs du secteur public affiliés à la CSN prennent d'assaut les rues d'Amos aujourd'hui pour envoyer un message clair au gouvernement Legault.

Sans contrat de travail depuis le 31 mars dernier, ils demandent à Québec des augmentations de salaire à montant fixe plutôt que des pourcentages pour que les plus bas salariés puissent avoir droit à de meilleures conditions comparativement aux années passées.

N'étant pas compétitif sur l'aspect monétaire, ce rehaussement pourrait aider à freiner l'exode des travailleuses et travailleurs vers les établissements privés ce qui a pour effet d'augmenter la charge de travail des équipes dans le secteur public.

Depuis le centre hospitalier, ils se dirigeront, pancartes à la main, au bureau de la députée d'Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, une ancienne employée du réseau.

« Pour être totalement franc, ça ne va pas très bien puisqu'on sent à la table des négociations que les négociateurs du gouvernement n'ont pas les marges financières et les mandats pour mettre en place des solutions concrètes pour les travailleuses et les travailleurs. On sent un double discours. On continue à les appeler les anges-gardiens. Pourtant, lorsque vient le temps de mettre en place des mesures concrètes, c'est silence radio. »

- Félix-Antoine Lafleur, président de la CCATNQ-CSN

Le président de la CSN en Abitibi-Témiscamingue/Nord-du-Québec, Félix-Antoine Lafleur

François-Olivier Dénommé, Bell Média - Félix-Antoine Lafleur

Voyant l'absence de désir d'en venir à une entente chez le gouvernement, malgré de belles paroles publiquement, les membres sont actuellement furieux, mais, selon Félix-Antoine Lafleur, un climat de résilience plane au sein des équipes présentement. Le président craint par contre qu'un épuisement professionnel s'en suive à court ou moyen terme.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus