Les ambulanciers ensevelis par des problèmes de santé mineurs

Ambulance

Devant la pénurie de main-d'oeuvre, Dessercom, l'une des plus grandes entreprises ambulancières du Québec, rappelle qu'il est important de préserver les services préhospitaliers uniquement aux urgences médicales.

De plus en plus, plusieurs croient que l'admission à l'hôpital est plus rapide par ambulance, mais il est faux d'y croire, souligne Dessercom. Les ambulanciers doivent donc, tous les jours, intervenir auprès d'usagers ayant des problèmes de santé mineurs avant de les transporter au centre hospitalier.

Selon l'entreprise, tous les patients, qu'ils arrivent ou non en ambulance, doivent passer par le système de triage. Seules les personnes dans un état critique sont rapidement prises en charge par le personnel médical.

« Si vous avez à votre disposition la capacité d'utiliser un autre mode de transport, c'est effectivement ce qu'il faut privilégier. Il faut s'assurer d'utiliser de façon bien judicieuse nos services ambulanciers qui sont vraiment des services d'urgence. On veut qu'ils soient disponibles lorsque requis ou lorsqu’on a une réelle urgence. »

- Caroline Roy, présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT)

La PDG indique par le fait même qu'un comité s'affaire actuellement à revoir l'entièreté de l'offre des services ambulancier, du transport médical adapté ainsi que l'utilisation d'autres modalités. Le but est de clarifier les modes à privilégier et à informer la population sur les services à utiliser.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus