Les membres de la SÉPAQ rejettent l'entente de principe

Parc national d'Opémican.

Les syndiqués de la SEPAQ rejettent à 60% l'entente de principe intervenue en juillet dernier.

Les augmentations de salaire sont jugées insuffisantes pour les membres reliées au Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).

« C'est au même endroit que ça achoppe. Les salaires sont insuffisants, nous l'avons martelé. Nos employés ne gagnent pas suffisamment. Les offres qui sont sur la table, malgré une structure de salaire unique qui est proposée pour 2020, ne recomptent pas l'augmentation du coût de la vie. »

-Nathalie Garvin, présidente régionale du SFPQ

De son côté, la partie patronale se dit déçue.

« On ne cache pas notre déception. Nous avons mis beaucoup d'efforts à en arriver in extremis, tout juste avant les vacances de la construction, à une entente de principe. Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec l'avait qualifiée de satisfaisante. On va déployer tous les efforts nécessaires pour bien comprendre quels ont été les points d'achoppement, le plus rapidement possible. »

-Simon Boivin, responsable des relations avec les médias à la SÉPAQ

Notons que le syndicat a toujours en main son mandat de grève. Nathalie Garvin pense qu'une grève générale illimitée pourrait être déclenchée lors de l'ouverture de la chasse.