Mise en garde de médecins contre la future vague alimentée par les variants d’Omicron

«C’est bien réel. Nous avons une vague d’été.  (CTV News)

Les cas de COVID-19 augmentent à nouveau au Canada et ce sont les deux sous-variants Omicron à propagation rapide qui en sont responsables – ceux qu’on nomme les variants BA.4 et BA.5.

Cet article est une traduction du contenu de CTV News

Détectés pour la première fois en Afrique du Sud en avril de cette année, leur capacité à se propager plus rapidement que d’autres variantes en circulation, principalement la BA.2, a conduit les scientifiques à prédire leur prévalence en tant que variante dominante dans les mois à venir.

À voir également | Stabilisation des cas à prévoir dans les semaines à venir, selon le Dr Boileau

 

Des chercheurs canadiens qui se sont penchés sur la menace que représentent les nouvelles souches de COVID-19 ont prédit que le variant Omicron BA.5 allait représenter près de 70% des cas aux alentours de la fête du Canada. Les dernières données de l’agence de la santé publique du Canada, qui remontent au 12 juin, montrent que la BA.5 représentait 20.4% des cas de COVID-19 au pays.

Sarah Otto, professeur à l’Université de la Colombie-Britannique et experte en modélisation au sein du réseau de réponse rapide aux variants de coronavirus, a prédit une vague de juillet culminant en août.

«Les dernières données sur les séquences remontent à la mi-juin, mais les projections pour le 1er juillet seraient les suivantes : environ 13% (des cas) des BA.4 et 69% des BA.5», affirme Mme Otto dans une interview accordée à la Presse Canadienne.

«Je m’y réfère comme à une troisième vague Omicron parce que j’ai perdu le compte de toutes les autres vagues».

Les variants les plus récents d’Omicron semblent causer moins d’hospitalisations et de décès que leurs homologues plus anciens, ce qui pourrait être attribué à des niveaux de vaccination élevés et à une immunité collective potentielle, selon le Dr Isaac Bogoch, spécialiste des maladies infectieuses.

«Je pense que nous devons prendre du recul et nous rappeler que la grande majorité des Canadiens ont été vaccinés. Nous disposons donc d’une grande protection à niveau communautaire grâce à l’immunité conférée par la vaccination», a déclaré le Dr Bogoch à l’émission Your Morning sur CTV, lundi.

À lire également:

Mais, à mesure que les cas de sous-variants augmentent, il est difficile de prédire si cette tendance va se poursuivre.

«(Nous) commençons à voir une augmentation par exemple, de la surveillance des eaux usées, du pourcentage de tests qui sont positifs et dans certaines parties du pays, nous avons même commencé à voir une petite augmentation du nombre de personnes hospitalisées», ajoute-t-il.

«C’est donc bien réel. Nous avons une vague d’été. Et on ne sait pas encore très bien quelle sera l’ampleur de cette vague. Mais nous avons certainement plus de cas maintenant qu’il y a quelques semaines».

On s’inquiète également de plus en plus de savoir si les hôpitaux peuvent faire face à une augmentation des cas, car les salles d’urgence à travers le pays sont confrontées à des temps d’attente sans précédent, certaines étant même menacées de fermeture.

«Le système de soins de santé a pris une véritable claque pendant cette pandémie, et il ne s'en est jamais complètement remis», a déclaré lundi le Dr Christopher Labos, épidémiologiste et cardiologue basé à Montréal, à la chaine CTV News.

«Vous avez des pénuries de personnel, vous avez des gens qui sont épuisés, et vous commencez à voir des salles d'urgence qui sont obligées de fermer les fins de semaines ou les soirs en raison de pénuries de personnel. Et tout cela se produit dans un contexte où de plus en plus de patients tombent malades et où de plus en plus de patients se retrouvent à l'hôpital», a-t-il ajouté.

«Les choses ne vont pas bien»

Selon M. Labos, la seule solution consiste à distribuer une quatrième dose de vaccin spécifique à Omicron à tout le public, ce qui devrait prévenir les maladies graves et donner un léger sursis aux hôpitaux du pays.

«Je pense que nous allons avoir besoin d'un rappel pour traverser les prochains mois, car si nous nous attendions à une vague, le fait qu'elle arrive si tôt a un peu faussé les plans», a-t-il déclaré.

«Si le nombre de cas reste faible, il est peut-être préférable d'attendre le moment où le vaccin Omicron sera disponible, c'est-à-dire en octobre ou en novembre.»

L'admissibilité à la quatrième dose varie d'une province à l'autre, bien que la plupart n'offrent la deuxième dose de rappel qu'aux adultes plus âgés et aux autres personnes jugées plus à risque.

Selon M. Bogoch, bien que les nouveaux sous-variants soient beaucoup plus transmissibles que les autres souches, on ne sait pas encore s’ils sont plus dangereux ou nuisibles pour la santé des gens.

Le moyen le plus simple de rester en sécurité est d'être à jour dans ses vaccinations contre le COVID-19, dit Bogoch, ce qui réduira les chances de tomber malade et éliminera potentiellement les chances d'hospitalisation si l'on tombe malade.

M. Otto a noté que les variants BA.4 et BA.5 semblent infecter principalement les voies respiratoires supérieures - par opposition aux poumons inférieurs - ce qui entraine des cas moins graves en moyenne que les variants pré-Omicron.

«Je prédis que le nombre de cas va augmenter, que le nombre d'hospitalisations va augmenter, mais j'espère que ce ne sera pas aussi grave que la vague de BA.2», a déclaré M. Otto, ajoutant qu'il n'y avait pas encore assez de données pour en être certain.

Au rythme de la croissance du BA.5, elle a déclaré que le BA.5 est maintenant environ cinq fois plus fréquent au Canada que le BA.4.

«Bientôt, il n'y aura plus que la vague BA.5.»

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus