Nav Canada : les candidats prennent position

Avion

Nous en sommes aux derniers milles de cette campagne fédérale et les quatre principaux candidats dans la circonscription Abitibi-Témiscamingue se positionnent sur ce qui pourrait possiblement être leur dernière promesse électorale avant le scrutin de lundi.

À la demande des élus rouynorandiens, trois des quatre candidats se prononcent sur le projet de Nav Canada. L'entreprise privée en information de vol désire remplacer à l'aéroport de Rouyn-Noranda les employés de nuit par un système automatisé.

Luis Henry Gonzalez, Bethany Stewart et Sébastien Lemire sont tous contre les intentions de Nav Canada.

« Le gouvernement fédéral a un mot à dire. Si les conservateurs sont au pouvoir, on va faire pression pour que Nav Canada maintienne le service dans la région. »

- Luis Henry Gonzalez, candidat conservateur

« On ne peut pas remplacer les personnes par des ordinateurs. »

- Bethany Stewart, candidate du NPD

« Ma position n'a pas évolué. Je suis toujours en attente d'un leadership des libéraux. Ils ont pris position très fermement sur cet enjeu lors de la dernière campagne, comme de quoi il fallait reviser, c'est-à-dire mettre aux poubelles l'étude. »

- Sébastien Lemire, député bloquiste sortant

Le seul candidat à ne pas s'être positionné clairement est le libéral William Legault-Lacasse.

« Nav Canada est un organisme indépendant. Il faut le laisser prendre sa décision parce que ce n'est jamais bon de faire de l'ingérence politique. Il faut écouter les experts comme ceux qui ont appuyé la mairesse Dallaire, mais aussi les experts qui travaillent à Nav Canada. Il faut vraiment entendre les positions de tout le monde. Le plus important est d'expliquer les décisions. »

- William Legault-Lacasse, candidat libéral

En 2019, la candidate libérale Claude Thibault était catégorique à ce sujet, les services de nuit se devaient d'être maintenus. Le ministre de l'Infrastructure et des Collectivités sortant, François-Philippe Champagne, de passage à ce moment dans la région, s'était même avancé jusqu'à dire que Nav Canada reconsidérait alors son projet.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus