Parler du suicide sauve des vies

suicide

La 30e édition de la Semaine nationale de prévention du suicide bat son plein actuellement et les organismes de prévention veulent mettre l'emphase sur la prise de parole, cette année. Ils estiment que pour sauver des vies, il faut parler du suicide, même s'il s'agit d'un sujet tabou, encore aujourd'hui, en 2020.

En Abitibi-Témiscamingue, le taux est relativement stable depuis quelques années, selon le Centre de prévention du suicide du Témiscamingue.

Que doivent faire les organisations pour que le nombre de passage à l'acte commence à diminuer?

« Je dirais qu'en Abitibi-Témiscamingue, plusieurs collaborateurs du système de santé qui se pose cette question. Il y a des manques quelque part. C'est pour cette raison que nous sommes plusieurs à nous asseoir ensemble pour refaire le parcours de ce qu'il peut s'être passé dans certaines situations. On veut mettre le doigt sur des choses qu'on pourrait améliorer et qu'on pourrait peut-être offrir de nouveau. »

-Lynda Cloûatre, directrice générale du Centre de prévention du suicide du Témiscamingue

Des ateliers se tiendront un peu partout en région dans le cadre de la Semaine de prévention question de sensibiliser le maximum de citoyens.

Si vous avez besoin d'aide, composez le 1 866-APPELLE.