Santé : un comité interministériel réclamé en Abitibi-Témiscamingue

Le Syndicat Interprofessionnel en Soins de Santé de l'Abitibi-Témiscamingue (FIQ-SISSAT) réclame la mise sur pied d'un comité intersectoriel et interministériel regroupant entre autres le ministère de la Santé, de l'Éducation, de l'Immigration et des Affaires municipales et de l'Habitation.

Le Syndicat Interprofessionnel en Soins de Santé de l'Abitibi-Témiscamingue (FIQ-SISSAT) réclame la mise sur pied d'un comité intersectoriel et interministériel regroupant entre autres le ministère de la Santé, de l'Éducation, de l'Immigration et des Affaires municipales et de l'Habitation.

Il demande l'aide du gouvernement puisqu'il en a assez des ruptures de service dans les centres hospitaliers de l'Abitibi-Témiscamingue par manque d'infirmières et veut que ça cesse.

Le Syndicat assure que le mur était prévisible, notamment avec la diminution des inscriptions dans les établissements scolaires, les départs à la retraite, les conditions et la surcharge de travail, tous des facteurs qui accentuent la pression sur les équipes et qui favorisent le nombre de démissions qui est d'ailleurs en croissance.

« Il faut améliorer la condition de travail des gens, offrir des postes stables avec des conditions d'horaire alléchantes pour tout le monde. On comprend qu'il doit y avoir des gens de soir et de nuit, mais si on peut rendre ces quarts de travail attractif, ça va aider à garder notre monde. »

- Véronique Éthier, présidente du Syndicat Interprofessionnel

Le Syndicat a donc décidé de faire appel à la députée solidaire de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, qui aura comme tâche de presser le gouvernement de la CAQ d'agir.

« C'est une pression positive. On sort avec la FIQ-SISSAT, mais des citoyens commencent à nous interpeler. Les gens me sollicitent, mais s'ils ne l'avaient pas fait, j'aurai porté ce dossier parce que pour moi, il est inacceptable. Je me sens même privilégiée d'être la voix de l'Abitibi-Témiscamingue dans ce dossier. C'est pour ça que nous sommes là dans l'opposition. Nous sommes les chiens de garde. C'est à nous de talonner et de nous assurer que ce comité donne des résultats. »

- Émilise Lessard-Therrien, députée solidaire de Rouyn-Noranda-Témiscamingue

En Abitibi-Témiscamingue, il manque environ 250 professionnelles en soins.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus