Sensibilisation contre la violence faite aux femmes

Violence conjugale.

Une campagne de sensibilisation contre la violence conjugale bat son plein en Abitibi-Témiscamingue cette semaine.

Des affiches sont apposées partout dans la région pour que la population réfléchisse à ce fléau qui s'est exacerbé, encore, ces deux dernières années.

Des solutions demeurent à être trouvées, alors qu'en 2021, le nombre de féminicides a presque doublé au Québec. Cependant, autre que la sensibilisation, une refonte du modèle actuel du système judiciaire ne pourrait nuire.

La semaine dernière, un Rouynoradien de 28 ans a plaidé coupable à des accusations de voies de fait sur sa conjointe de l'époque. Après avoir étranglé et poussé à maintes reprises sa victime, sa sanction sera de payer une amende de 1 000$. La peine est assujettie d’une probation d'un an.

Julie Côté, intervenante communautaire au Centre Entre-Femmes de Rouyn-Noranda, salue l'adoption d'une loi par Québec pour créer un Tribunal spécialisé en violences sexuelle et conjugale.

« Oui, au bout de la ligne, il y a la finalité, mais il y a tout le processus que les femmes traversent. C'est extrêmement éprouvant. Ça remet toujours en question la crédibilité des femmes. Les victimes sont mises à l'avant-plan comme quoi elles doivent prouver. Ce sont toujours elles qui portent le fardeau. Oui, il y a un système de justice remodelé, mais ça se passe aussi via l'éducation et la communauté. »

- Julie Côté, intervenante communautaire au Centre Entre-Femmes de Rouyn-Noranda

Encore aujourd'hui, plusieurs types de violence faite aux femmes existent. On a qu'à penser aux violences conjugales, coloniales, sexuelles et racistes.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus