Transport collectif interurbain : la CPAT revient à la charge

autobus maheux

La Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue (CPAT) presse de nouveau le gouvernement à agir dans le dossier du transport interurbain et interrégional. Les préfets estiment que Québec doit cesser de consacrer tous ses efforts dans les grands centres et doit commencer à investir régionalement.

Bien malgré elles, les municipalités en Abitibi-Témiscamingue, avec les comptes de taxes payés par les citoyens, ont déboursé près de 135 000$ afin d'assurer la survie de plusieurs liaisons régionales. C'est pourtant au ministère des Transports d'injecter ces sommes puisqu'il en est le responsable. Ça fait depuis 2018 que la CPAT mène ce combat et demande un sommet.


De son côté, Québec Solidaire veut lui aussi voir le gouvernement soutenir monétairement les transporteurs par autobus. Par contre, le financement doit comprendre une garantie de la part des entreprises quant au rétablissement de l'entièreté des lignes interrégionales et intrarégionales.

Il est hors de question pour Québec solidaire que les transporteurs utilisent cette enveloppe en délaissant les liaisons moins rentables. Le deuxième groupe d'opposition a, rappelons-le, proposé la nationalisation des services de transport interrégional lors de la campagne électorale de 2018.

Alors que des milliers de personnes sont privés de mobilité, Québec solidaire déplore l'inaction du ministère des Transports concernant un plan de relance de l'industrie.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus