Un comité ARET sceptique quant au comité interministériel

Fonderie Horne Rouyn-Noranda

Le comité ARET se méfie de la création d'un porteur de dossier demandé par Rouyn-Noranda dans le dossier de l'arsenic.

L'organisation juge que le gouvernement québécois s'est acheté énormément de temps en le créant tout récemment alors que ce comité interministériel aurait pu voir le jour il y a de nombreux mois.

« D'abord, on est content que le gouvernement prenne enfin au sérieux la problématique. Par contre, si l'on se fit au passé, il y a déjà eu un comité interministériel, en 2004. Il y avait eu des recommandations assez drastiques. Ces recommandations ont été mises au rancard, donc on ne veut pas se réjouir trop rapidement. »

-La co-porte-parole du comité ARET, Mireille Vincelette

Le regroupement de parents d'enfants du quartier Notre-Dame estime que la présence du ministre régional, Pierre Dufour, à cette table n'a rien de rassurant puisque ce dernier qualifie d'alarmistes les inquiétudes soulevées par le comité.

Finalement, l'organisme serait davantage rassuré si la députée solidaire de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, venait elle aussi à être assise avec les différents ministères impliqués.