Un important projet sur l'agriculture biologique se met en branle

Agriculture

L'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) s'intéresse à l'agriculture biologique.

L'établissement, en collaboration avec la MRC de Témiscamingue, planche sur un projet qui favorisera dans la région le développement de grandes cultures biologiques.

Le but de ce projet, à terme, est de permettre le développement d'expertises scientifiques et techniques afin d'épauler et soutenir les producteurs qui souhaitent emprunter cette avenue.

« L'agriculture biologique est appelée à se développer de façon importante au cours des prochaines années. Je pense notamment à la conscientisation accrue des consommateurs face aux enjeux environnementaux et aux efforts pour réduire l'utilisation des pesticides. Ce virage vers la production biologique comporte bien sûr des défis pour les entreprises agricoles de chez nous. »

- Manon Champagne, vice-rectrice à l'enseignement, à la recherche et à la création à l'UQAT

« C'est un segment de marché qui connait annuellement, depuis les 15 dernières années, une évolution de 10 à 30% de la demande sur les marchés, alors même qu'il y a peu d'énergie déployée pour accompagner cette demande des consommateurs. Ça vient directement de la très grande préoccupation que les gens ont sur ce qu'ils mangent, parce qu'on est ce qu'on mange. »

- Claire Bolduc, préfète de la MRC de Témiscamingue

Une première phase axée sur la préparation, qui consiste notamment à documenter le potentiel d'affaires, à dresser un état des lieux et à établir un plan de développement stratégique, devrait s'échelonner sur une période de trois ans.

Lors de la deuxième phase, des projets de recherche seront réalisés dans un réseau de fermes partenaires. Au total, l'horizon prévu de ce projet est de huit ans.

Tout ceci est rendu possible entre autres grâce à un soutien financier de 390 000$ en provenance de la MRC de Témiscamingue.

Notons que le gouvernement s'est doté d'une cible sur le biologique, selon sa Politique bioalimentaire 2020-2025. Québec aimerait doubler la superficie en production biologique d'ici les quatre prochaines années.

Infolettre ÉNERGIE 102.7

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus