SAINT-HYACINTHE: Plus d'autonomie à l'Institut de technologie agroalimentaire

Institut de technologie agroalimentaire-L'ITA de Saint-Hyacinthe dispose de plus d'autonomie décisionnelle

L'Institut de technologie agraoalimentaire de Saint-Hyacinthe et La Pocatière sera autonome et aura un statut similaire à l'Institut du Tourisme. La députée Chantal Soucy a déposé un projet de loi hier qui permettra qu'il soit géré par un conseil d'administration et soit plus autonome dans sa prise de décision, à l'ère où les besoins sont très grands dans plusieus entreprises agroalimentaires.

Présentement, l’établissement d'enseignement relève directement du ministère de l'Agriculture, ce qui représente un frein pour son développement tant social que pour sa mission d'enseignement.

L'annonce survient où les besoins de main-d’œuvre qualifiée augmentent chez les entreprises agroalimentaires et que le gouvernement Legault souhaite que le Québec tende vers une plus grande autonomie de production alimentaire, notamment en Montérégie et au sein de la Technopole agroalimentaire.  

Il faut savoir, selon l'organisme Québec International, que la transformation agroalimentaire procure à elle-seule de l'emploi à plus de 11 500 personnes, avec 150 entreprises et un chiffre d'affaires de 1,3 milliards de dollars.

La bonne nouvelle est que le recrutement de personnel sera mieux adapté à la mission de l'institution d’enseignement: il ne relèvera plus de la Loi sur la fonction publique et si la direction doit rendre des comptes, ce ne sera plus directement au ministère de l'Agriculture.  

 L’ITAQ pourra aussi générer des revenus autonomes et deviendra admissible à des programmes gouvernementaux pour soutenir à la recherche.

«Le projet de loi répond à des demandes formulées depuis des décennies. Plus fort et plus agile, l’Institut de technologie agroalimentaire pourra déployer son plein potentiel; et en ce sens, c’est un bel héritage que léguera notre gouvernement »

Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe 
 

 L'ITA a formé plus de 12 000 diplômés de niveau technique depuis 1965.

Il dispose aussi d'infrastructures imposantes pour les apprentissages comme des fermes-écoles, usines de transformation alimentaire, jardin pédagogique, centre équestre, centres de compostage notamment.  

Assemblée nationale du Québec-La députée Chantal Soucy en compagnie du ministre de l'Agriculture André Lamontagne

Assemblée nationale du Québec-La députée Chantal Soucy en compagnie du ministre de l'Agriculture André Lamontagne