20 albums qui ont marqué le rap keb de la décennie 2010

20 albums V3

Agrémente ta lecture en écoutant Rap Keb !

Au terme de cette décennie exceptionnelle pour le hip-hop québécois, voici notre sélection non exhaustive des albums ou mixtapes qui ont le plus marqué la scène.

 

Alaclair Ensemble - 4,99 (2010)

À une époque plus ou moins fertile pour le hip-hop d’ici, Alaclair Ensemble a redonné un nouveau souffle à la créativité des rappeurs et des producteurs québécois grâce à ce mémorable premier album, devenu un classique du genre quelques années à peine après sa sortie. Libre, éclaté, tordu, 4,99 est dans une case à part.

 

Koriass - Petites victoires (2011)

Petites victoires est l’album qui a placé Koriass au sommet du rap québécois. Contenant des hits invétérés de son répertoire (Enfant de l’asphalte, La mort de Manu, Saint-Eustache), ce deuxième opus vendu à près de 20 000 exemplaires a permis à son auteur d’obtenir une nomination dans les catégories de l’album hip-hop et de l’auteur ou compositeur de l’année au Gala de l’ADISQ.

 

Loud Lary Ajust - Gullywood (2012)

Si 4,99 contenait en lui les germes de la révolution rap québ décomplexée qui allait marquer le reste de la décennie, il faut se tourner vers Gullywood pour en voir les premiers effets réels. Mené par la chimie indiscutable entre le producteur Ajust et les rappeurs Loud et Lary Kidd, ce percutant premier album a revigoré la scène locale avec un son américanisé fort inventif et des thèmes aussi festifs que sombres, à l’image des montagnes russes qu’entraine l’usage abusif de drogues.

 

Manu Militari - Marée humaine (2012)

Lancé dans la foulée du printemps arabe, que l’auteur a vécu de près en Égypte, Marée humaine est mené par un sentiment d’espoir et de désillusion, se traduisant dans des textes aussi frappants et brutaux qu’avisés et éclairants. Vendu à plus de 25 000 exemplaires, ce troisième album de Manu Militari est l’un des plus grands succès populaires de cette décennie.

 

Dead Obies - Montréal $ud (2013)

Premier coup de sonde de l’un des groupes les plus innovateurs de la décennie au Québec, Montréal $ud est un album concept, un triptyque sur l’éveil d’une jeunesse de banlieue arriviste en manque de repères. Orchestré autour des productions ingénieuses d’un jeune VNCE Carter, alors à peine majeur, cet album de Dead Obies a les moyens de ses ambitions.

 

Les Anticipateurs - Tour du chapeau (2013)

Au même titre que Roi Heenok dans la décennie 2000, Les Anticipateurs ont marqué la scène grâce à leurs personnages stéréotypés et cocasses, visiblement plus vrais que nature. Un an après l’ouragan SAPOUD, le groupe rap satirique nous revenait avec Tour du chapeau, un album qui, grâce à sa direction musicale implacable, a donné une importante crédibilité à la formation.

 

Koriass - Rue des Saules (2013)

Bénéficiant d’un succès considérable depuis la sortie de Petites victoires, Koriass est allé là où on ne l’attendait pas avec Rue des Saules, un troisième album très sombre, marqué par d’intenses épisodes dépressifs. En résulte un album plus froid, évidemment moins rassembleur, mais d’autant plus vrai, honnête et touchant.

 

EMAN X Vlooper - XXL (2014)

À la fois vainqueur du prix de musique urbaine de la SOCAN, du Félix de l’album hip-hop et du Lucien de l’album rap de l’année, XXL est une oeuvre brillante, inventive et habile. Porté par les productions relevées de Vlooper et par les flows complètement déjantés et imprévisibles d’Eman, ce premier album du duo issu d’Alaclair Ensemble est une réussite sur toute la ligne.

 

Souldia - Krime Grave (2014)

Produit par nul autre que Ruffsound, ce troisième album de Souldia, figure de proue de la scène culturelle de Limoilou, est probablement l’album rap le plus virulent et le plus incisif de la décennie au Québec. S’ouvrant sur son parcours tortueux empreint de violence, le rappeur livre des textes acerbes avec une énergie brute, le tout appuyé par des compositions pesantes et bien souvent lugubres.

 

Brown Family - Brown (2016)

À une époque où tout le monde semblait n’en avoir que pour le trap, la Brown Family est arrivée avec une proposition rafraichissante, emmêlant à une base hip-hop organique des éléments de reggae, de folk, de musique électronique, de funk, de soul et de rock progressif. Unique de par son concept, cette réunion entre les frères rappeur Jam et Snail Kid ainsi que leur père Robin Kerr, à la fois chanteur et guitariste, ne ressemble à rien d’autre.

 

Dead Obies - Gesamtkunstwerk (2016)

Au-delà de son concept alambiqué basé sur l’essai philosophique La société du spectacle de Guy Debord, Gesamtkunstwerk est l’un des albums les plus audacieux des dernières années au Québec. Enregistré en partie devant public au Centre Phi, ce deuxième album de Dead Obies s’aventure un peu partout, mais finit toujours par trouver son chemin.


Rymz - Petit Prince (2016)

Un an et demi après Indélébile, un étonnant premier album qui le sortait de ses réflexes puristes (notamment entretenues avec Mauvais Acte), Rymz témoignait d’une évolution remarquable sur Petit Prince, un opus dégourdi, dans l’air du temps, porté par les productions d’artistes talentueux (Shash’U, Gary Wide, Farfadet, Neo Maestro, Ruffsound).

 

Alaclair Ensemble - Les Frères cueilleurs (2016)

Quatrième album de la formation novatrice de Québec, Les Frères cueilleurs a donné une nouvelle impulsion à la carrière d’Alaclair Ensemble. Paru sous Disques 7ieme Ciel (une première pour le sextuor auparavant indépendant), l’opus lui a permis d’ouvrir ses horizons à un plus large public grâce à des chansons rassembleuses et moins hermétiques (Ça que c’tait en tête de liste) et à un rayonnement plus massif à la grandeur de la province.

 

Kaytranada - 99.9% (2016)

Chef de file de notre florissante scène hip-hop instrumentale, Kaytranada a connu une ascension fulgurante entre 2012, année où on l’a découvert dans les défuntes et mythiques soirées de beatmakers ArtBeat, et 2016, année où il a fait paraitre son premier album officiel sous la prestigieuse étiquette britannique XL Recordings (qui a également Adele, Jack White et Radiohead sous son aile). Bougie d’allumage d’une horde de planchers de danse à l’international, 99.9% a redéfini le groove hip-hop à grand renfort de soul, de R&B, d’électro et de néofunk.

 

Enima - MMS vol. 1 (2016)

Rappeur le plus controversé de la décennie au Québec, Enima a bousculé bien des choses avec MMS vol. 1, une première mixtape qui l’a rapidement consacré comme figure de proue de ce mouvement encore bien flou qu’est le street rap montréalais. Avec son timbre mélodieux, ses beats trap au gout du jour et ses textes crus, parfois graveleux, abordant principalement l’abus de drogue et le trafic humain, le rappeur a su définir son mythe sur cet opus pour le moins marquant.

 

Lost - Bonhomme pendu chapitre 2 (2016)

De l’autre côté du spectre street rap montréalais, on retrouve Lost, l’un des artistes avec la plume la plus aiguisée du circuit. Dépeignant un sombre portrait de la rue, où se côtoient les constats désillusionnés et les réflexions philosophiques, le membre du collectif 5sang14 livre un flow tranchant et précis sur des beats élémentaires.

 

Loud - Une année record (2017)

Album rap québécois le plus vendu de la décennie (avec des ventes dépassant le cap des 50 000 exemplaires), Une année record est notre démonstration la plus convaincante de ce que doit être un album rap accessible, concis et bien ficelé. Aussi à l’aise sur des productions rap sombres comme Il était moins une et Hell, What a View que sur des brulots hip-pop ensoleillés comme Nouveaux riches et Toutes les femmes savent danser, Loud s’impose comme le joueur le plus complet de l’équipe rap québécoise.

 

Obia le chef - Soufflette (2018)

Maitre avéré des WordUP! Battles, Obia le chef défie toute concurrence sur Soufflette, un premier album solo aux métaphores cinglantes et aux flows inflexibles. Épaulé par Benny Adam à la réalisation (et à la composition de Pas né, la chanson pop rap la plus sous-estimée de la décennie), le rappeur montréalais amène un peu plus de mordant à notre scène hip-hop avec cet opus dense et efficace.

 

Tizzo X Shreez - 51tr4p Fr4p50 (2018)

Tizzo et Shreez forment l’un des duos les plus inséparables, prolifiques et dynamiques de tout le hip-hop québécois. Arrivés sur la scène rap en 2018, les deux artistes ont pris bien des gens par surprise avec 51tr4p Fr4p50, une première mixtape collaborative qui a redonné un élan au hip-hop montréalais avec sa facture trap tonique, ses ad-libs acérés et ses textes vifs.

 

FouKi - ZayZay (2019) 

Après quatre mixtapes, un album et un EP en un peu moins de deux ans, on aurait pu croire que FouKi se serait essoufflé. Hélas, non. Toujours soutenu par son fidèle beatmaker QuietMike, le jeune rappeur du Plateau-Mont-Royal a remis ça en mai dernier avec ZayZay, un généreux deuxième album de 18 chansons. La recette demeure la même : des textes positifs, quelque peu naïfs, portés par des rythmes entrainants, des mélodies chaleureuses et des refrains rassembleurs.

 

MENTIONS HONORABLES

Random Recipe - Fold It! Mold It! (2010)

Webster - Le vieux d’la montagne (2010)

Maybe Watson - Maybe Watson (2011)

Farfadet et Rymz - Jungle Music (2011)

Jai Nitai Lotus - Something You Feel (2012)

Dramatik - Radiothérapie (2014)

Loud Lary Ajust - Blue Volvo (2014)

K6A - KOSSÉÇA !​?​! (2014)

Rymz - Indélébile (2014)

Illa J - Illa J (2015)

Koriass - Love Suprême (2016)

Wasiu - MTLiens 2 (2017)

Eman X Vlooper - LA JOIE (2017)

Souldia - Survivant (2018)

Alaclair Ensemble - Le sens des paroles (2018)

Sarahmée - Irréversible (2019)

Loud - Tout ça pour ça (2019)

KNLO - Sainte-Foy (2019)

LaF - Citadelle (2019)

Lary Kidd - Surhomme (2019)

 

Écoute Rap Keb, juste du rap d'ici !