Adamo décortique «Préliminaires SVP»

Adamo, Préliminaires SVP

Adamo, notre artiste Rap Keb du mois de juin, revient sur le contexte de création des 13 chansons de Préliminaires SVP, un premier album solo où il aborde en toute franchise ses sentiments amoureux, son parcours sur la scène rap et les dessous de sa soudaine popularité, en lien avec sa victoire à Occupation Double Bali.

 

Laisse-les parler (produite par Doug St-Louis)

Celle-là, c’est un finger dans les airs à ceux qui pensaient que j’avais changé à cause d’OD. Moi, je sais que j’ai pas changé. Ce qui a changé, c’est la façon dont tout le monde me voit. Le gentil Adamo, celui qu’on a vu à la télévision et qu’on trouve tellement doux et naïf, c’est mon good side. Mais pour en arriver à être peaceful de même, j’ai dû canaliser la violence que j’avais en dedans de moi. Ça m’a pris du temps avant de pouvoir être souriant, amical. La chanson aborde pas mal tout ça.

 

Montrez-moi avec Farfadet (produite par Farfadet)

J’ai exploré beaucoup de vibes pour cet album-là et, sur cette chanson, on voit clairement que c’est Stromae qui a été l’inspiration. Au départ, y’a J7 (NDLR : son collègue de Gros Big) qui devait être dessus, mais il était pas à l’aise avec le style. Au contraire, pour moi, ça a été un gros coup de foudre. L’air de la toune m’est venu tout de suite en tête, et le texte est arrivé en une heure et demie ou deux. C’est la chanson qui m’a donné envie de faire un album.

 

 

Rien y changer (produite par DJ Coco)

C’est pas compliqué : je suis avec la même fille depuis toujours. J’ai fait OD quand on était dans un petit creux, quand j’ai su qu’elle avait un copain. Quand je suis sorti de là, y’a eu des trucs fucked up, genre des filles qui me pleuraient dans les bras. Mais je suis pas un courailleux. Si j’ai couché avec 10 filles dans ma vie, c’est beau. Plus je voyais des filles, plus je me rendais compte qu’il y’en avait aucune autre à part celle que j’aime. C’est là que je l’ai rappelée pour lui dire qu’y a jamais rien qui allait changer et que j'allais toujours l’aimer. Je suis allé voir DJ Coco et j’ai su tout de suite que celle-là, ça allait être le beat pour ma blonde. Pour l’occasion, j’ai sorti ma voix plus chantonnée. J’ai toujours su que j’avais une bonne voix et, là, j’ai décidé de l’assumer.

 

J’en veux plus avec J7 (produite par Jay Century et DJ Coco)

Celle-là, elle était supposée d’être pour Gros Big. C’est J7 et moi dans notre délire parodique habituel. En fin de compte, le prix de la production était un peu trop cher, donc j’ai choisi d’utiliser ma subvention d’album pour payer tout ça. En gros, on rit des personnes qui pensent que je suis millionnaire car j’ai gagné OD. 

 

Sablier avec Doug St-Louis (produite par Doug St-Louis)

On a fait cette toune-là pour obtenir un retour précis en radio et, pour ça, je dois saluer l’énorme talent de Doug St-Louis, qui a tellement travaillé fort. C’est peut-être pas ce que mes fans de longue date espéraient comme chanson, mais pour moi, c’était une façon de mettre mon pied dans la porte de l’industrie, ma façon d’avoir ma part du gâteau. J’ai quand même essayé d’avoir des lyrics qui restent fidèles à mon style, mais bon, c’est certain que, si t’avais demandé au Adamo d’il y a cinq ans de faire ça, il aurait jamais accepté! (rires).

 

Bin oui (produite par Doug St-Louis)

Celle-là, je l’ai aussi écrite pour ma blonde, mais une bonne année avant OD. J’avais écrit ça sur un beat Youtube, que le gars voulait me vendre 5000$. À la place, j’ai demandé à Doug de créer un beat dans le même registre et j’ai réenregistré tout ça. Ce qui est drôle, c’est que je prédis dans mes paroles que la chanson va être sur l’album, alors que je pensais même pas à faire un album à ce moment-là! J’ai toujours aimé me visualiser dans ma musique et, souvent, je me rends compte que ça crée un mouvement d’énergie qui m’amène vers le positif. Je me vois à travers ce que je dis.

 

 

RTL avec Mad Rolla (produite par LeMind et Doug St-Louis)

Je voulais vraiment faire une toune avec Mad Rolla, un gars que j’ai découvert par l’entremise de LeMind et que je trouve vraiment dope. Comme moi, il vient de Longueuil, donc on a choisi la RTL (Réseau de transport de Longueuil) comme symbole pour la toune. Je sais pas pourquoi, mais je ressens une vraie fierté quand je parle de mes origines. Oui, ça peut avoir l’air B.S. comme ville, à cause de la coupe Longueuil entre autres, mais y’a pas une place où je me sens mieux. 

 

Lonely (produite par Chuck.e)

J’ai commencé la toune avant OD, à un moment où le hip-hop me tapait sur les nerfs. Ça me faisait chier de me faire booker des shows et de me faire payer en tickets de bière. J’étais tanné de toujours attendre qu’il se passe de quoi, de toujours me faire des idées avec des semblants de promesse. J’étais démotivé et j’ai voulu faire un disstrack sans viser personne, un «fuck you» général à toute la scène. Bref, ensuite y’a eu OD, et j’ai réalisé que la communauté hip-hop m’avait abondamment soutenu et épaulé, alors que j’étais sùr qu’elle allait me tourner le dos pour de bon. J’ai donc hésité longuement avant de sortir la toune, mais finalement, je me suis dit que y’avait plein de rappeurs qui allaient pouvoir s’identifier au texte. 

 

Faire semblant avec J7 (produite par Farfadet)

Farfadet a tout de suite pensé à nous autres quand il a sorti ce beat-là un peu plus folk, dans la même lignée que La route est longue. Tout de suite, la musique nous a menés vers un vibe nostalgique. On fait de la musique depuis 15 ans et, même si ça pogne beaucoup plus maintenant, j’ai quand même l'impression que ça tourne en rond. Les années vont vite, et je vois pas le temps passer. 

 

Libre (produite par Le Mind et Gentle Giant)

C’est la suite logique de Faire semblant. J’etais dans un creux quand j’ai écrit ça et je savais pus trop quoi écrire. Je me suis dit : «essaie donc d’étre plus positif tabarnak!» Et ça a switché tout de suite vers un message d’espoir pour les gens passionnés. On m’a toujours dit que ça allait être difficile de faire du rap et que je ferais mieux d’aller à l’école, mais je m’en suis toujours calicé. J’ai choisi de faire ce que je veux et, au final, ça m’a amené de quoi. Je vais peut-être pas marquer mon époque, mais je vais en profiter le temps que ça dure. Pour moi, c’est ça, être libre.

 

Sous influence (produite par Doug St-Louis)

Je voulais passer un message clair par rapport aux réseaux sociaux. Pour moi, c’est une grosse machine de pub, de trucs tape-à-l’oeil, de grosse marde, mais en même temps, je sais que je fais partie intégrante de ce monde-là, donc j’ai quand même choisi une approche humoristique, Je voulais quand même pas faire pleurer les influenceuses! (rires) C’est un milieu que je trouve particulier, car il a tellement évolué rapidement. J’ai 31 ans et je me sens déjà un peu vieux et dépassé. 

 

Enjoy avec Doug St-Louis (produite par Doug St-Louis)

C’est vraiment pas ma préférée, mais ironiquement, c’est celle qui pogne le plus. Doug et moi, on l’a fait pour l’émission Colocs! d’Alanis et Catherine, deux influenceuses qui ont fait OD. On nous a demandé un vibe catchy, super enjoué, qui pourrait plaire à un public cible de 14-18 ans. Je me suis donc ultra censuré d’avance et, même à ça, on m’a censuré le mot «bière». J’en revenais pas! Je voulais pas la mettre sur l’album, mais elle avait tellement de streams que c’était évident qu’elle faciliterait notre demande de subvention pour le deuxième album. À ce jour-là, je l’aime toujours pas vraiment, mais elle a quand même 285 000 streams, ce qui est 100 000 de plus que ma deuxième plus populaire.

 

J’su du cul (produite par Drewlery)

Avec cette toune-là, je voulais voir jusqu’à quel point mon label me laisse faire ce que je veux. Je suis un gars qui aime rire, de tout et de rien, mais surtout de moi-même. Mon plus grand souhait, c’est de faire un clip pour cette toune-là. Je veux montrer à quel point je suis prêt à aller loin juste pour une joke! Ça fait cinq ou six ans que j’ai la toune dans mon ordi, mais que je trouvais pas de bon moment pour la sortir. Mon pote qui a fait le beat, Drewlery, a  finalement dû s’inscrire à la SOCAN. Il était heureux d’avoir la possibilité de toucher des redevances, mais il l’était peut-être un peu moins quand il a entendu le résultat final... C’est la toune la plus conne sur la Terre. 

 

Préliminaires SVP (Kartel Musik) - disponible depuis le 1er mai

 

Écoute Rap Keb, juste du rap d'ici.