Les inspirations de Lary Kidd : de Richard Séguin et Rage à Drake et Conway

Lary Site

Pour entendre Lary Kidd, notre artiste Rap Keb du mois de novembre, écoute Rap Keb!

Avec Surhomme, son deuxième album solo paru vendredi dernier, Lary Kidd se dévoile sans pudeur. Sur des productions majoritairement signées par Ruffsound et Ajust, qui ont pris en main la réalisation de l’opus, notre artiste rap keb du mois de novembre montre qu’il est à son aise dans toutes les genres d’ambiances musicales, de la plus pop (Sac de sport) à la plus sombre (Barcelone). Tour d’horizon de ce qui inspire le rappeur montréalais depuis son enfance.

 

La musique qui jouait à la maison quand t’étais très jeune?

Beau Dommage, Les Beatles et Richard Séguin. Pis Richard, je l’écoute encore pour vrai, il est très fly! Sinon, mon père écoutait plus des postes de musique jazz et classique. Ça me plaisait, mais la vraie révélation, ça a été vers sept ans, quand mes frères m’ont fait écouter du Green Day pis du Bon Jovi.

 

Ton idole d’enfance?

Zack de la Rocha! À huit ans, j’ai eu en cadeau mes trois premières cassettes : Dookie de Green Day, These Days de Bon Jovi et, surtout, le premier de Rage Against the Machine. Je trippais vraiment là-dessus. Je comprenais pas du tout les paroles, mais j’aimais le côté métal rythmé et swaggué.

 

Premier album acheté?

Ça doit être la double-cassette de Wu-Tang Forever. Quand c’est sorti, j’avais environ 10 ans. Je voyais des annonces à MusiquePlus et je trouvais ça incroyable.

 

Ce qui t’a éveillé au rap?

Je pense que le fait d’avoir écouté du nu-metal assez jeune a vraiment contribué à m’initier au rap. Mais au-delà de ça, je dirais que l’apport de MusiquePlus est très fort. C’est là que j’ai vu les clips de Method Man et de Redman, et que j’ai décidé d’acheter Blackout! en CD. C’était tellement sur les stéroïdes, cet album-là. Erick Sermon faisait des beats complètement fous.

 

Un show mémorable de ton adolescence?

City and Colour au Théâtre St-Denis. C’était à la toute fin de mon adolescence, vers 18-19 ans. Ça m’a vraiment jeté sur le cul. Je pense que c’était la première fois qu’il venait à Montréal. Il était jeune, jeune, et son premier album venait de sortir. C’était presque vide dans la salle! 

 

Clip le plus marquant à vie?

Just a Girl de No Doubt. Je suis tombé sur le clip dernièrement et, pour vrai, ça mérite un 11/10! C’était la grosse époque des vidéoclips à 400 000$. C’est filmé en 35 mm, et Gwen est juste trop fly.

 

Ta chanson préférée?

Marvin’s Room de Drake. C’est une bonne chanson R&B rap super vulnérable. Et, faut se rappeler, que c’était le premier single de son deuxième album. On parle ici d’une chanson de huit minutes d’un gars qui se plaint que son ex est pus down avec lui. 

 

Le classique des classiques?

Wu-Tang Forever encore. Fermement. Y,a beaucoup de gens qui vont vanter leur premier, 36 Chambers, mais ce qu’il faut comprendre, c’est que, juste après 36, tous les emcees vedettes du groupe sont allés faire un album solo, et chacun d’entre eux a été un smash hit. Les gars reviennent ensuite pour Forever et ils sont tous à leur peak lyrical. Les verses de Raekwon et de Method Man sont juste fous. Et que dire de Ghostface qui est dans une forme insatiable.

 

La musique qui t’obsède ces jours-ci?

Conway the Machine. Dans l’underground américain, c’est un de ceux qui a le plus de saveur. Il a des gros ad libs, et t’entends genre des gros guns tirer dans le refrain. Dans le même genre, y’a aussi Roc Marciano, Durag Dynasty et Westside Gunn qui sont excellents.

 

En dehors de la musique, qui considères-tu comme une personne inspirante?

Demna Gvasalia. C’est le directeur artistique de la maison Balenciaga, un jeune Georgien de 35 ans qui a transformé une grande maison de mode française en marque streetwear de luxe. C’est une jeune figure de la mode, un fly dude, super ouvert sur sa sexualité. 

 

Lary Kidd - lancements: le 13 novembre au centre d'art Le lieu (Québec) et le 15 novembre aux Foufounes électriques (Montréal). En supplémentaire le 6 mars au Club Soda (Montréal).

Écoute Rap Keb, juste du rap d'ici!