(Archives Noovo Info)

Pour la première fois de son histoire, Saint-Hyacinthe se dote d'un programme d'immobilisations sur un horizon de cinq ans (plan quinquennal d’immobilisations – PQI) plutôt que trois ans.

La situation économique et l'état des infrastructures municipales motivent ce changement de stratégie.

Le PQI 2024-2028 mise d'ailleurs sur l'entretien préventif de ces infrastructures. Le programme comporte pas moins de 345 projets à réaliser sur un horizon quinquennal.

Pour l'an prochain, c'est un total de 144 projets qui y sont inscrits (41 liés au développement et 103 à l'entretien) pour un investissement totalisant 31 776 465 $ soit un peu plus de 21 M$ de moins que le programme de cette année.

Les principaux projets pour l’an prochain sont :

-          La réfection de pavages, trottoirs et bordures à plusieurs endroits dans la ville;

-          L’aménagement du parc Aurèle-Letendre situé dans le Domaine sur le Vert;

-          L’acquisition du terrain de l’église et du presbytère Saint-Joseph en vue de la reconstruction de l’école des Passereaux;

-          Le remplacement et l’installation de compteurs d’eau dans les industries, commerces et institutions de la ville;

-          L’aménagement de la route 116 à la hauteur du projet W Laurier;

-          L’aménagement d’une terrasse extérieure au 1555 Marché public;

-          L’inspection et l’analyse de la réhabilitation de l’intercepteur Laurier, soit l’ensemble des conduites d’égout situées sous la rivière Yamaska;

-          Le bouclage du réseau d’aqueduc au sud de la rivière Yamaska;

-          La démolition de l’ancienne bibliothèque T.-A.-St-Germain afin de permettre la construction de logements abordables;

-          L’aménagement de pistes cyclables;

-          La mise en place de la modification de la limite de vitesse à 30 km/h dans plusieurs rues résidentielles de la ville.

«Contrairement aux éditions précédentes, ce PQI ne comprend donc aucun emprunt à court terme et peu d’emprunts à long terme afin de maintenir l’endettement de la Ville à un seuil raisonnable. Il s’agit donc d’un PQI adapté aux moyens actuels de la Ville. Il repose sur une vision lucide et annonce clairement notre intention : celle de bien planifier la gestion de nos immobilisations pour que les Maskoutaines et Maskoutains puissent profiter d’infrastructures modernes et durables.»
- André Beauregard, maire de Saint-Hyacinthe 

Le plan complet peut être consulté ici